AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les oiseaux [Siah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ostral Sirroco
« Girouette... » pioupiou
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 26/07/2010

Citation : Ce qui importe, ce n'est pas le voyage, c'est celui avec lequel on voyage.

MessageSujet: Les oiseaux [Siah]   Ven 6 Aoû - 19:56

Mercredi 4 septembre, sept heures et demie

Belle journée pour une mouette. D’un sourire paisible, Ostral suivait la nuée de mouettes qui avait décidé de se balader en ville. Leur vol lent n’était pas difficile à suivre, si l’on exceptait pour le jeune homme la difficulté supplémentaire qui consistait à ne pas rentrer dans les gens sur son chemin. Il y en avait, du monde à Ellwerai. Evidemment, avec l’arrivée de futurs élèves de Maelthra Magthere et de leurs parents, il y avait un marché tous les jours dans la petite ville. Tous les matins, on entendait les commerçants monter leurs échoppes et pester contre le poids des marchandises qu’ils transportaient. De la fenêtre de sa chambre ouverte, Ostral s’amusait à les suivre dès la levée du jour, sous un ciel encore rose. Par compassion pour son frère, il refermait la fenêtre pour lui permettre de dormir un peu plus s’il le désirait. Ce matin, Timeo avait décidé de dormir un peu plus et pesté contre les cris des oiseaux enthousiastes qui attendaient Ostral avant de partir, comme s’ils avaient compris qu’il s’agissait d’un membre du groupe qui aurait porté des plumes et étranges et n’auraient pas été en mesure de voler.

Si bien que, vêtu de ses éternels chemise blanche et pantalon beige, le Sirroco s’en allait en compagnie de ses mouettes parcourir la ville et observer la façon dont se déroulait le marché. De temps à autres, la promenade ne se révélait pas assez intéressante et le jeune homme rentrait manger quelque chose à l’auberge, avant de repartir pour s’allonger dans un champ d’herbe en bordure du village. Ou de pissenlit, même si ces étendues là étaient moins nombreuses. On tronquait le temps comme on pouvait quand les bibliothèques n’avaient aucun intérêt si ce n’est le confort de leurs tables.

Mais Ostral pressentit soudain qu’il n’aurait pas à faire demi-tour. Passant près d’un marchand de poisson, il remarqua que les mouettes ne s’arrêtaient même pas pour voler un poisson qu’il aurait du payer de sa poche pour rembourser un commerçant vexé de servir de restauration rapide pour volatiles. Si les bestioles ne s’arrêtaient pas, le blondinet ne pouvait que conclure qu’elles avaient une excellente raison de ne pas le faire. Des marchands avaient-ils pêché un poisson énorme et odorant ? Y avait-il un attroupement suspect autour de quelque vendeur de coquillages exceptionnels et goûteux ? Un météore écrasé et tout fumant ? Une mer intérieure, peut-être ?

Non. Ni phénomènes paranormaux, ni crustacés. Un peu dépité, il n’aperçut que la silhouette d’une jeune fille vers laquelle convergeaient les goélands. Une fille, de longs cheveux séparés en deux parties qui encadraient une silhouette fine. Bon. Soit. Mais pourquoi était-elle si intéressante à leurs yeux d’oiseaux voraces qui trouvaient un intérêt potentiel pour les animaux, denrées, personnes ou autres uniquement lorsqu’il y avait possibilité de s’en repaître ? C’est en voyant la nuée d’oiseaux foncer sur la fille aux longs cheveux bleus qu’Ostral commença à comprendre le raisonnement des goélands. Visiblement, ce n’était pas le beau minois qu’elle avait sans doute qui plaisait aux mouettes qui voletaient autour d’elle. Voyons voir, Ostral leur avait-il déjà dit qu’il était interdit de manger les gens aux cheveux bleus ? Il se souvenait l’avoir fait comprendre pour des cheveux verts, rouges, blonds, orangés, roses, et violets. Pas pour des bleus. C’était embêtant. Il faudrait qu’il pense à refaire leur éducation. Toutefois, il y avait plus important pour l’instant, et Ostral se mit à courir vers la demoiselle pour l’empêcher de se faire béqueter par des volatiles affamés.

« Hé, attention ! » cria-t-il à l’attention de Siah comme des mouettes, d’ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siah I. Kealis
Lost Mermaid, Surimi sur pattes
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 22/07/2010

Citation : J'ai des questions à toutes vos réponses...
Maison : Niar

MessageSujet: Re: Les oiseaux [Siah]   Ven 13 Aoû - 15:16

Aucune envie de me faire attaquer par des mouettes, sérieux, non, je n'avais pas imaginé ne serait-ce qu'une seconde la possibilité de finir en sushis pour ses becs à ailes.
Ainsi, quand une muée de '' a moi a moi!!'' foncèrent sur moi, vils créatures au yeux perçants, cherchant déjà le meilleur morceau à prendre, qu'un '' Attention!'' lancé en l'air avec une conviction certaine me mis la puce à l'oreille, et moi, me retournant avec une surprise non feinte, que mon réflexe fut le premier. De un, les mains bien devant mon visage, ce qui eu pour résultat de faire tomber la boîte de conserve que je transportais, de deux, sans d'autres choix, j'utilisai mon eau bien aimée pour m'éviter des ennuis. A savoir, une mort stupide et douloureusement longue suite à un idiot d'oiseau qui aurait coupé le tuyau de mon masque, empêchant l'oxygène de venir à mon secours.
C'est donc avec stupeur que les quelques passant purent admirer des mouettes étrangement immobilisées pendant une seconde et demi dans d'immenses bulles d'eau remplies, pour voir avec amusement ces mêmes bulles retomber avec fracas contre le sol, explosant à son contact, laissant les volatiles intactes mais incontestablement mouillés jusqu'aux plumes.

À l'origine, mon unique ambition du matin avait été de venir acheter des graines pour Push, mon poisson adoré. Créature marine qui avait la manie de me suivre dans l'océan lorsque je venais m'y baigner, je l'avais emporté avec moi pour ma scolarité, et, un peu coupable de le priver de sa liberté, je lui ai aménagé un aquarium digne des plus gros poissons chats, bien que le pauvre Push ne dépassait guère les dix centimètres. De gros yeux d'un blanc laiteux aux iris bleutés, son corps aux couleurs aquatiques, tachetés d'ambre et de blanc tel de petits galets, Push était un compagnon idéal, silencieux, fort compréhensif, et ses ''bloup'' amicaux savaient se montrer juste et bien placés dans une conversation.
Ainsi, comme chaque matin en prenant mon petit déjeuner, à savoir un bol de thé et des algues séchés préparées selon la coutume régional de mon pays, je me levai pour lui donner comme il se devait sa collation quotidienne de graines. Ce fut sans compter mon étourderie habituelle, qui fut d'avoir oublier de racheter une boîte après avoir vider la dernière restante la veille.
Ce fut donc des algues séchés au menu pour le poisson, qui me jeta de ses pupilles globuleuses un regard méprisant et blessé. Apparemment, le repas n'était pas à son goût.
Je partit donc, vêtue simplement d'un t-shirt bleu échancrée, un short pale assorti et des sandales fines, un sac en bandoulière en cuir, afin de ramener à la gourmande créature de quoi se repaitre convenablement.

Seulement voilà, c'était sans compter sur les bec de piafs. Après les chats, les oiseaux, mais bien sur... Le monde entier veut ma perte, je ne voit que cela. Le jour où je croiserai un homme se baladant avec un pot d'algues, je prendrait ma revanche...
Légèrement désolée d'avoir du jeter ces animaux sur le fade trottoir, je vis débarquer un jeune homme en chemise blanche, ses cheveux blonds légèrement ébouriffés par sa course pour me prévenir du danger des oiseaux volants non identifiés, s'arrêtant face à se qu'il semblait ses petites protégées. Foutues mouettes...
M'approchant de lui, le cœur battant encore d'adrénaline, je respirai un grand coup pour me calmer, remettant d'un geste maniaque mon masque correctement, avant de lui adresser la parole d'une voix légèrement secouée par la peur passée.

'' C'est à vous ces animaux?! Vous pouvez pas les surveiller, j'ai manqué l'arrêt cardiaque!''

Ramassant la boîte de graines aquatiques roulant légèrement dans la caniveau, je la secouai rapidement pour en enlever l'eau pourrie, avant de la remettre dans le sac. Heureusement que la boîte était étanche...
Ne m'excusant pas le moins du monde pour avoir donner un bain forcés à ses créatures plumées, j'y pensai seulement plus tard, me rendant compte de mon impolitesse sauf que, voilà, il avait déjà commencer à me répondre... Tant pis pour l'aspect politiquement correct des présentations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les oiseaux [Siah]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» Les oiseaux
» disparition des oiseaux!
» Oiseaux de Mauvais Augures pour le Gouvernement
» Les oiseaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Veldri, la zone neutre

 ::   :: La place du marché
-
Sauter vers: