AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 T'as de beaux yeux, tu sais [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ostral Sirroco
« Girouette... » pioupiou
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 26/07/2010

Citation : Ce qui importe, ce n'est pas le voyage, c'est celui avec lequel on voyage.

MessageSujet: T'as de beaux yeux, tu sais [CLOS]   Ven 6 Aoû - 16:34

Le premier post est réservé à Seek. Pour tout le reste, il y a mastercard.


Mardi 3 septembre, aux alentours de quinze heures
Par on ne sait quel coup de chance, Ostral avait trouvé un banc libre. Il s’y était assis tranquillement, indifférent à la cohue qui régnait autour de Dallens. Ne pouvant pas lire les écriteaux qui parlaient de réduction, de nouveaux bonbons et autres, il s’était fié à ce que son frère lui avait dit la veille : pour un kilo acheté, un kilo offert. Cette information constituait déjà quelque chose d’intéressant. Ce qu’il y avait de plus intéressant encore aux yeux du Sirroco, c’était l’impact qu’avait cette déclaration sur l’ensemble d’Ellwerai et des voyageurs. Pas seulement les jeunes qu’il supposait être de futurs élèves de Maelthra Magthere, mais aussi des ménagères qui emmenaient un ou deux enfants qu’elles surveillaient pour qu’il ne vole pas de bonbons pendant qu’elle regardait (le pauvre chéri pourrait tomber malade), des jeunes couples tout aussi mielleux que cette pâte d’amande jaune qui avait l’air atrocement surcrée et accessoirement, quelques personnes âgées qui achetaient quelque chose pour leurs petits-enfants. Histoire de les appâter avec des sucreries pour obtenir des visites plus fréquentes.

Si bien que le jeune homme restait sur son bac, mi-émerveillé mi-dégoûté, la bouche entrouverte, admirant ce spectacle peu commun. C’était bien la première fois de sa vie qu’il voyait un engouement pareil pour quelque chose qui, somme tout, n’en valait pas tellement le coup. Que pouvait-on faire avec deux kilos de bonbons ? La dernière fois qu’il en avait mangé trois cent grammes, Ostral, peu habitué, était tombé malade. Non, décidément, ça faisait beaucoup, deux kilos. Vraiment beaucoup. Et quand il voyait quelques clients de l’enseigne repartir en peinant sous le poids des sacs, il comprenait d’autant moins ce qui soulevait des foules à ce point. Et ce n’était pas Lenka, la mouette qui lui mordillait affectueusement les doigts, qui allait le renseigner. Elle aussi avait été malade la dernière fois qu’elle avait voulu goûter quelques bonbons préalablement volés à un passant innocent qui avait laissé son sac ouvert et vu une mouette fondre sur lui en une fraction de seconde. Sachant que l’oiseau n’avait que quelques mois, Ostral commençait à se dire qu’il y avait peut-être un enchantement lié à ces sucreries qui les rendaient incroyablement désirables. Ou bien les mouettes qu’il élevait étaient toutes d’une extrême voracité. Dans le doute, le jeune homme aurait préféré ne pas entrer.

Néanmoins, il comptait bien se lever un jour de ce banc pour abandonner mouette et confort afin de se mélanger à la foule dense qui se pressait chez Dallens. Deux kilos ça faisait bien trop pour Ostral qui ne raffolait pas des sucreries mais Timeo appréciait un peu plus ces aliments à base de sucre, de sucre, et peut-être de fruit. Aller chercher des friandises n’était toutefois pas si aisé que cela. S’il achetait un kilo de bonbons, il resterait un autre kilo dont il ne saurait que faire, et il se voyait mal annoncer à Timeo qu’il lui rapportait un kilo et huit cent grammes de bonbons à manger seul. Ou avec l’aide des mouettes, mais elles finiraient malades au bout de cent grammes chacune. En y enlevant la portion de deux cent grammes qu’Ostral comptait prendre pour lui-même, ça faisait un petit kilo pour son frère. A supporter qu’il laisse les mouettes manger des friandises, mais on n’avait guère d’intérêt à parier là-dessus. Comptant et recomptant (même sur ses doigts, signe infaillible qu’il commençait à tourner en rond)

Non, il fallait se débarrasser de ce kilo en trop. Prenant cette résolution comme un ventripotent vieillissant voulant redevenir jeune et fringuant, Ostral se leva de son banc, se leva sur son banc et posa la petite mouette sur le toit de l’établissement en lui demandant d’être sage. Persuadé qu’elle avait compris le message, il se mêla à la foule à proximité.

Evidemment, Ostral aurait pu utiliser la divination pour chercher quelqu’un de sympathique, un visage dans les futurs camarades de Maelthra Magthere qu’il aimerait voir dans cette nuée de jeunes gens qui allaient sans doute y entrer. Plus évident encore, il ne pensa même pas à cette solution et se contenta de repérer quelqu’un qui avait l’air sympathique. Lui, là, avec ses yeux rouges, ses cheveux noirs en bataille et ses vêtements sombres aussi. La notion de sympathie était une donnée extrêmement variable aux yeux du Sirroco. Tout comme la notion de « distinction », ou d’un tout autre concept qui l’aurait poussé à laisser d’abord la conversation s’engager avant de proposer un kilo de bonbons à un inconnu. Mais ce serait tourner autour du pot, ce ne serait pas franc et la franchise, c’est nécessaire dans toute relation humaine. Se fiant à son instinct plus qu’à sa raison, Ostral n’attendit pas et s’approcha de cet inconnu.

- Bonjour, je m’appelle Ostral. Alors voilà … J’aurais bien été à Dallens histoire de prendre quelques trucs pour mon frère, lui faire une surprise. J’ai fait deux-trois calculs, et bon, même avec l’aide de mouettes, deux kilos de sucreries ça ferait un peu trop pour qu’on parvienne à manger ça seuls avant que les bonbons ne pourrissent, que les mouettes ne finissent malades ou qu’on ne nous soupçonne de faire du trafic. Donc je me suis dit que plutôt que gâcher le kilo supplémentaire, il valait mieux que je le propose à quelqu’un. On y gagnerait tous : ça permettrait à cette personne d’avoir un kilo de confiseries gratuites, les mouettes ne tomberaient pas malades à cause d’une orgie de sucre et puis ça ne nous ferait qu’un seul kilo de sucreries à partager mon frère et moi. Un kilo, c’est jouable. Il se gavera quand même un peu, mais c’est jouable. J’ai cherché quelqu’un qui ait l’air sympathique, et je t’ai trouvé. Oui, bon, je sais, c’est quand même vachement superficiel de juger les gens sur leur apparence pour faire de nouvelles connaissances. Enfin bref. Ca t’intéresse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seekhyl Azeroth

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 10/07/2010

Maison : Niar

MessageSujet: Re: T'as de beaux yeux, tu sais [CLOS]   Jeu 12 Aoû - 18:40

Ca y est. Seekhyl touchait enfin au but. Il n'avait plus qu'à attendre quelques jours, à flâner dans les rues, à acheter ses fournitures, et il commencerait enfin sa nouvelle vie d'étudiant-magicien. Il avait voyagé plusieurs jours dans des conditions assez médiocres. Il n'avait pu avaler - à grand peine - que ce qu'on lui avait proposé : pain rassi, pêches rabougries et autres ; se laver dans des rivières ; rester assit des heures au milieu d'un tas de foin ; dormir sous un arbre ou sous un pont ; marcher des journées entières ; crever de chaud ou de froid... Rien de très agréable. Il allait enfin pouvoir se reposer, même si son porte-monnaie, lui, ne se reposerait pas.

Le jeune homme dépassa le premier bâtiment du village. L'endroit ressemblait plutôt aux autres villes qu'il avait traversé dans Veldri, mais il semblait bien plus animé que la plupart. Était-ce comme ça toute l'année, où seule l'ouverture proche de Maelthra Magthere provoquait toute cette agitation ? Seekhyl se posa quelque secondes pour regarder la scène. Des enfants, des jeunes, des moins jeunes, des vieux. Une foule impressionnante se débattait sur les pavés pour pouvoir entrer dans les ménageries, les herboristes, les tailleurs, les pâtissiers... Il y avait aussi dans tous les coins des chevaux qui piaffaient, des chiens qui aboyaient, des oiseaux qui tournoyaient et d'autres bêtes diverses. Là-bas, il y avait un enfant qui pleurait. Plus loin, un jeune homme sur un banc avec une mouette dans les mains. Encore plus loin, une vieille femme qui scandait une publicité pour ses pommes juteuses.

Mais la masse la plus imposante de toute cette foule était regroupée devant un bâtiment éclatant de couleurs et de propreté. Il était vraiment très haut et dépassait bon nombre de ses congénères. Bah. C'était une confiserie. C'est-à-dire rien de très intéressant. Peut-être qu'il y avait un concours de qui-avalerait-le-plus-de-sucreries-en-moins-de-temps-possible. Ou une promotion quelconque. Seekhyl se remit à marcher. Les autres endroits les plus animés étaient une grande taverne aux pierres rouges, et la place du marché. D'ailleurs là où la vieille femme s'époumonait encore pour vendre ses pommes. Pas d'auberge en vue. Il y avait peut-être des chambres à louer quelque part, dans l'un de ces bâtiments, mais lequel ? Le futur élève de Maelthra Magthere s'apprêtait à demander à un commerçant ou est-ce qu'il pourrait en trouver une, mais une chose retint son attention. Un garçon, le regard rivé sur lui, qui venait par là. Seekhyl s'arrêta.

Il reconnut cette personne. C'était le grand type mince qu'il avait aperçu une minute plus tôt, avec une mouette dans les mains. Ce dernier commença alors à débiter un flot de parole de quarante secondes ininterrompues. Pendant qu'il parlait, Seekhyl regarda derrière lui, croyant qu'il adressait la parole à quelqu'un d'autre, juste à côté. Lorsqu'il fut enfin persuadé que non, c'était bien à lui que ce mec, qui apparemment se nommait Ostral, adressait la parole. Il l'écouta plus par politesse qu'autre chose, car il avait surtout envie de s'asseoir, après avoir passé autant de temps à marcher. Et de trouver une chambre tant qu'il n'était pas encore trop tard. Après avoir plus ou moins raconté une bribe délirante de sa vie, il s'avérait qu'Ostral lui proposait un kilo de bonbons gratuits. Tient, il avait visé juste. S'il y avait une telle foule devant la confiserie "Dallens", c'était parce qu'il y avait une promotion. Seulement, ce garçon ne savait pas qu'il s'adressait sûrement à la personne qui détestait le plus les bonbons dans les environs. Depuis un mois environ, passage tragique de son existence, il devait se forcer à avaler le moindre morceau nourriture. Alors il ne fallait même pas imaginer qu'il puisse grignoter des sucreries entre les repas, juste pour le plaisir.

Un autre détail frappant de ce monologue, était cette phrase : "J’ai cherché quelqu’un qui ait l’air sympathique, et je t’ai trouvé". C'était bien la première fois depuis longtemps qu'on le qualifiait de sympathique. Tout bien réfléchit, ce garçon n'était peut-être pas niais, mais seulement bizarre. Malgré tout, il avait l'air sympa - d'une manière autrement différente que lui jugeait Seekhyl comme semblant "sympathique". En entendant la fin du discours, il esquissa un sourire. Décidément, il en était même comique.
- Salut. C'est sympa de proposer. Mais écoute... euh... la nourriture et moi ça fait deux. Mais t'en fais pas, il y a sûrement une bonne centaine de personnes dans les parages qui seraient ravi de récupérer ce kilo en trop. T'as juste pas eu de chance, haha !
Ostral eu l'air déçu. Seekhyl avait soudain l'impression d'être un espèce de vieux grincheux. Alors il se décida à relancer la conversation sur autre chose. Il en profita donc pour poser la question qu'il se posait depuis tout à l'heure.
- Mais dis-moi, tu ne saurais pas où je peux trouver une chambre à louer par ici ? Je viens d'arriver et je ne connais pas les lieux.
Seekhyl savait pertinemment qu'il ne s'était pas présenté, comme l'avait fait Ostral sans perdre une seconde. Mais s'il pouvait éviter de donner son nom à des inconnus, il le faisait. Le jeune homme repensa à la bourse qui se trouvait dans son sac, qu'il portait à l'épaule.
- Hum... pas trop chère, de préférence. Enfin si y'a pas tant pis hein...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ostral Sirroco
« Girouette... » pioupiou
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 26/07/2010

Citation : Ce qui importe, ce n'est pas le voyage, c'est celui avec lequel on voyage.

MessageSujet: Re: T'as de beaux yeux, tu sais [CLOS]   Ven 13 Aoû - 2:07

D’accord, ok, bien compris. J’ai capté. Le type à qui Ostral venait d’adresser la parole n’aimait pas les sucreries. Il y avait donc sur cette place au moins une personne, peut-être la seule, qui n’aimait pas le sucre. Hormis Ostral qui lui-même n’en était pas fan. Sauf qu’il n’aurait pas décliné une tentative d’approche. Il aurait lui-même refourgués les bonbons après coup, quitte à avoir l’air de jouer à un jeu stupide consistant à se passer un objet ou pour un vendeur de drogue. Mais il n’aurait pas pour autant dit à quelqu’un « je ne veux pas de ce que tu me proposes ». Pas comme ça. S’il avait eue une allergie au sucre, il aurait dit ce qu’il en était avant en précisant que c’était gentil. Pour relancer la conversation. Juste pour envoyer un signal de « mais je veux bien te connaître ». Est-ce qu’il aurait envoyé un signal de « je veux bien te connaître » à ce type si les rôles avaient été inversés ? Oui, bien sûr que oui. Donc ce type voulait peut-être … Ne pas être son ami ? D’ailleurs, c’était quoi ce rire ? Un rire cordial et franc ou un rire moqueur et incroyablement mesquin à propos d’une erreur dans le choix d’un interlocuteur ? A cet instant précis où il calculait ce qui allait éventuellement se passer, Ostral, que l’on disait toujours détendu et agréable perdait son bien-être naturel et fronçait les sourcils dans une expression qui aurait pu être amusante si son visage n’avait pas reflété les marques caractéristiques d’une peur. Pas une peur bleue, mais il y avait quand même matière à s’inquiéter aux yeux du Sirroco.

Etre détendu était bien beau lorsqu’on était sûr d’être accepté ou que cette rencontre ne 3compterait3 pas. Les personnes côtoyées de passage n’avaient jamais déposé la moindre pression sur les épaules du jeune homme. La rencontre ne collait pas ? Peu importe, il resterait moins d’un an ici. Ostral avait conscience que cette fois-ci, il allait sans doute devoir côtoyer ce type toute sa scolarité. Ce ne serait peut-être pas son camarade de dortoir (ça ferait une coïncidence un peu grosse), mais il reverrait ce type qui ne voulait pas être son ami. Et si l’autre ne s’en souviendrait peut-être pas, Ostral, lui, se le rappellerait. Ce qui le rongerait. Se retrouver cloisonné si longtemps au même endroit faisait flancher toute l’assurance du jeune homme aux mouettes. S’il n’était pas apprécié par ses camarades, il ne lui resterait que Timeo. Ce qui saboterait la vie sociale de Timeo, une chose qu’Ostral se reprocherait.

Non. On redescend sur terre, on n’arrête de se prendre le chou pour rien. Conscient que l’autre devait se demander ce qu’il faisait, le Sirocco ferma les yeux. Les choses allaient bien se passer. Penser positif pour que ce soit positif. Son pouvoir pouvait servir à des tas de choses, même si l’utiliser sur un autre était au dessus de ses principes. Mais l’utiliser sur soi n’était pas une entorse à la conscience d’Ostral. S’il pensait positif, son pouvoir allait influer sur cette envie de partir en courant ou de gommer cette conversation, il allait se sentir mieux, et en se sentant lui-même mieux, il allait sans dire que cet inconnu ne pourrait pas être mauvais pour lui. Tout allait bien se passer. Il comptait jusqu’à trois. Un. Deux. Trois.

« […] pas les lieux. »

Ostral rouvrit les yeux et son visage s'orna d’un sourire rayonnant. L’espace d’un instant, il faillit être aussi familier avec cet inconnu qu’il l’était avec Timeo en lui prenant la main comme d’enfant à enfant pour le conduire à une auberge. Mais prendre la main d’un inconnu après lui avoir proposé un kilo de bonbons risquait de faire fuir l’inconnu.

« Tu m’attends deux secondes ? » demanda-t-il en n’attendant lui-même pas deux secondes que l’inconnu puisse répondre.

Ostral revint à l’endroit où il était auparavant, monta sur son banc et prit dans ses mains la mouette qui semblait pousser un cri s’apparentant à « je te l’avais bien dit ». Il retourna ensuite devant Seek, un sourire confiant sur le visage. Mouette récupérée, personne qui voulait bien engager la conversation. Tant pis pour Dallens !

« On a trouvé une auberge sympathique pas trop loin d’ici. C’est un tout petit peu plus loin que le centre-ville même. Donc c’est plus tranquille, et puis y a pas beaucoup à marcher. Le loyer est abordable, évidemment. Nourriture pas mauvaise, un tantinet grasse par contre. Au fait, c’est quoi ton nom ? T’es là pour quoi ? … Enfin, à Ellwerai, pas sur cette place-là en particulier. »

Maintenant, il était de bon ton d’arrêter de parler. Ostral se fixa, très calmement, cette résolution. Mais il réalisa cependant que stopper ses questions incessantes était plus dur que prévu et reprit après quelques minuscules secondes.

« Sans vouloir te vexer, t’as pas l’air bien. T’es sûr que ça va ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seekhyl Azeroth

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 10/07/2010

Maison : Niar

MessageSujet: Re: T'as de beaux yeux, tu sais [CLOS]   Sam 28 Aoû - 20:42

[Bon je clos le sujet ! Je sais pas trop quoi faire pour après et pi on a changé de semaine x_x tu peux toujours répondre après si tu veux par contre mais c'est mon dernier post ici ^^]



Lorsqu'Ostral s'éloigna, Seekhyl resta en place et regarda le garçon se diriger vers l'oiseau qu'il avait posé sur un toit quelques minutes auparavant. L'animal n'avait pas bougé d'un pouce, ce qui était plutôt amusant à constater. N'importe quelle créature sauvage, et même domestique, aurait déjà fait le tour de la place ou se serait échappé on ne sait où. Mais la mouette se contentait de tourner la tête de-ci de-là jusqu'à ce que le jeune homme vienne la reprendre dans ses mains. Comment pouvait-on domestiquer un animal à ce point ? A la rigueur, on pouvait faire pareil avec un chien, mais avec un volatile, c'était du jamais vu aux yeux de Seekhyl. De toute façon, les animaux, c'était pas son domaine, tout comme la nourriture. Leurs goûts avaient l'air de différer particulièrement, mais Ostral avait quelque chose d'intéressant, d'intrigant.

Le garçon revint enfin, la fameuse bête toujours dans les mains, et lui parla alors d'une auberge qui se trouvait un peu plus loin. Seekhyl avait marché des heures, il pouvait très bien marcher encore dix minutes ! Du moment qu'il trouvait un endroit où passer les prochains jours sans se casser la tête à chercher pendant une durée infinie, ça lui convenait. Il se raidit légèrement lorsqu'Ostral lui demanda son prénom, puis ce disant que ce gars n'avait pas l'air de vouloir faire du mal à quiconque, il se détendit un peu. Il n'eut pas le temps de répondre que le jeune homme le questionna sur son état. Quoi ? Quoi ? Il avait tant que ça une tête de déterré ? Il savait que ces derniers temps, il broyait du noir sans arrêt, et qu'il s'était dépensé bien plus qu'il ne l'avait jamais fait, mais de là à ce que même un inconnu le questionne...

- Euh... Non ça va t'inquiète pas. Je suis juste un peu fatigué par le voyage. Je viens de loin et je n'ai pas de moyen de transport.

Cette simple question, innocente et attentionnée, suffit à le mettre un peu plus à l'aise et en confiance.

- Hum... Je vais à Maelthra Magthere, l'école de dragonniers, pour l'année, mais je suis en avance. C'est pour ça que je cherche un endroit où dormir, on m'a dit qu'Ellwerai était le village le plus proche de l'école.

Avant de se risquer à dire une bêtise, Seekhyl détailla une nouvelle fois son interlocuteur. Jeune garçon d'entre 16 et 18 ans environ, qui n'avait pas l'air d'un paysant, résidant à l'auberge donc n'habitant pas dans le coin... Non, c'était bon, il était presque sûr de ne pas se tromper.

- Toi aussi, je suppose, tu y vas, non ?

Quand Ostral lui confirma que oui, en effet, il allait lui aussi à Maelthra Magthere, Seekhyl se lanca.

- Je m'appelle Seekhyl.

Bien. Si c'était ce genre de personnes qu'il y avait dans cette fameuse école, c'était tant mieux. Seekhyl avait eu peur parfois de se retrouver avec des gamins brailleurs ou des jeunes adultes prétentieux, ce qui n'aurait vraiment pas été agréable. C'était bon signe. Et puis au moins, comme ça, il connaîtrait quelqu'un le jour de la rentrée. Si jamais il était complètement paumé, il aurait toujours quelqu'un à qui adresser la parole sans trop de gêne, et ça ce n'était pas de refus.

- Ce ne te dérangerai pas de m'indiquer le chemin ? J'aimerais aller poser tout ça, dit-il en tapotant le sac qui pendait sur son épaule. Après il faudra que j'aille chercher mes fournitures... Tu les as déjà achetées toi ? Comme j'ai pas cherché avant, j'espère qu'on peut tout trouver ici...

Ostral se proposa même de l'emmener là-bas. Après s'être assuré que ça ne le dérangeait vraiment pas, Seekhyl accepta avec plaisir. S'en suivirent quelques minutes de marche pendant lesquelles ils discutèrent - ou enfin plutôt Ostral discuta - ils arrivèrent devant un petit bâtiment qui arborait une enseigne de bois assez rustique, sur laquelle était inscrit "Au Hibou Mordoré". Encore un oiseau ! Ostral avait sûrement choisit cet endroit exprès, pensa-t-il, amusé. Il avait du être un volatile dans une vie antérieure.
Un type plutôt bedonnant lui loua l'une des seules chambres libres qu'il lui restait pour les six prochaines nuits. Après avoir remercié son jeune guide et l'avoir saluté, Seekhyl se retira dans sa chambre où il s'endormit comme une masse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: T'as de beaux yeux, tu sais [CLOS]   

Revenir en haut Aller en bas
 
T'as de beaux yeux, tu sais [CLOS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [JETONS] T'as d'beaux yeux, tu sais !
» T'as toujours d'aussi beaux yeux ϟ Pabo
» Je ne changerais pas d'avis pour tes beaux yeux ! /Neil/
» [CLOS] [Angie/Garin] A little less conversation
» ♒️ Oh mon dieu laissez les moi, les beaux yeux de la mama, enlevez moi même tout le reste, mais pas la douceur de ses gestes. (Kylian)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Veldri, la zone neutre

 ::   :: La confiserie Dallens
-
Sauter vers: