AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parce qu'il est bon de lire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elthin Man'Elr
Poignard de Glace ♠ Miaouss affamé
avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 11/07/2010

Citation : Ne crois pas me connaître simplement en me regardant dans les yeux
Maison : Kiah'l

MessageSujet: Parce qu'il est bon de lire   Jeu 29 Juil - 22:43

Jeudi 5 Septembre , 09H28 AM

Le soleil s'était levée depuis quelques heures déjà et celle qui allait bientôt devoir passer les trois-quarts de son temps dans une école pesta en se rendant compte qu'elle s'était levée ... tard. Enfin c'était pour elle ainsi qu'elle voyait les choses : se lever quelques heures après le lever du soleil était trop tard, on perdait de vue les meilleurs moments de la journée.
Finalement la jeune femme secoua la tête, faisant voler ses longs cheveux noirs. Il lui fallait encore s'habiller et se coiffer pour enfin aller chercher son matériel demandé... Elle attrapa d'un geste vif le peigne posé sur la table de chevet et commença à démêler ses cheveux avant de se les attacher rapidement et de quitter l'auberge, saluant très brièvement le tavernier avant de sortir dans la rue.
Elthin fut immédiatement assaillie par les bruits de la foule et elle mit un certain temps avant de se rappeler qu'ils étaient un jeudi... et que le jeudi, c'était le jour du marché. Ce qui explique la foule dans la taverne..., songea-t-elle avec rancoeur.
Elle se demanda même comment des gens pouvaient perdre leur Temps à boire ainsi, assis devant une table avec une autre personne et parlant de choses qui n'avaient pas le moindre intérêt. C'était pour elle la même chose que de chercher à tout le temps se montrer, à faire parler de soi... Inutile

Elle déambula dans les rues quelques minutes encore, se faisant malencontreusement bousculer par un jeune homme d'à peu près son âge qui s'excusa, gêné. Elle se contenta de lui adresser un regard incendiaire avant de poursuivre sa route.
Elle marchait d'un pas vif, apparemment décidée. Mais on pouvait toutefois vite se rendre compte que la jeune femme qui semblait vouloir se rendre dans un endroit bien précis ne savait absolument pas où aller ; ainsi elle fit trois fois demi-tour à cause d'impasse et s'enfuit rapidement d'une ruelle qui ne l'enchantait guère.

Ce fut ainsi qu'elle déboucha dans l'endroit qu'elle aurait pourtant fui... si elle avait su où il se trouvait. La place du marché.
Elthin fut sidérée de voir qu'il y avait déjà autant de personnes présentes et déambulant avec apparemment la ferme intention de perdre leur Temps. Une façon bien étrange de vivre sa vie... et de la perdre, songea-t-elle amèrement en observant un étal ou le marchant faisait éloge de ses breloques brillantes et sans intérêt.
Soudain son regard s'arrêta sur un stand sur lequel était entreposés des dizaines de livres...
La jeune femme se força ainsi à combattre sa réticence à se mêler parmi la foule qui l'entourait pour se rendre devant cette caverne d'Ali Baba pour tous ceux qui rêvait d'en apprendre plus sur le monde qui les entouraient... et sur leur propre pouvoir.
Ainsi Elthin s'arrêta devant l'étal et observa les livres avec attention avant qu'il y en ai un qui attirât son regard.
C'était un petit livre, mince, mais qui apparemment traitait du Temps...
Le Temps ... ce pouvoir qu'elle ne maîtrisait que partiellement, qui ne lui servait presque à rien et qu'elle ne comprenait absolument pas... et pourtant les Dieux savaient qu'elle rêvait de le maîtriser, son pouvoir!..
Elle regarda donc le livre sous toutes les coutures, hésitant à l'acheter... Il lui fallait réfléchir avant de dépenser ses économies durement gagnées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timeo Di Nataleo

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 26/07/2010

Citation : La bravoure, c'est quand on est seul à savoir qu'on a peur
Maison : Elwing

MessageSujet: Re: Parce qu'il est bon de lire   Ven 30 Juil - 17:20

Ostral et Timeo étaient arrivés en début de semaine à Ellweraï, histoire d’être fin prêts pour la rentrée. On leur avait remis une liste de fournitures à acheter lorsqu’ils avaient signé leur inscription, mais ce matin-là, Timeo n’était pas d’humeur à faire les courses, ni même à faire quoi que ce soit d’ailleurs. Il avait juste envie de flâner, de profiter un peu de tout ce qu’offrait la petite ville dans laquelle ils avaient élu momentanément domicile. Il s’était donc levé tôt, sachant bien que le marché d’Ellweraï serait un fantastique endroit à découvrir. Apparemment, de ce qu’il avait glané ici et là comme informations, le marché était quelque chose à voir, vivant et coloré.
Timeo n’avait rien contre la foule, il aimait bien se retrouver entouré de monde. Pas forcément très bavard et expansif, il aimait néanmoins bien être entouré. Parfois, le jeune garçon songeait que ça avait un rapport avec la vie du clan, où on ne parvenait jamais à être seul très longtemps : cela avait sans doute dû laisser des traces. Un psy aurait sans doute plutôt mis son besoin d’attention et de mouvement sur le fait qu’il était orphelin, mais il n’y avait point de psy dans les parages… et Timeo n’aurait sans doute pas posé la question, de toute façon !

Comme on le lui avait annoncé, la foule était bruyante et bigarrée, mais le futur élève de Maelthra Magthere se sentait bien, se laissant porter par le courant de la foule au son des camelots qui vantaient leurs marchandises. Après s’être laissé tenter par un petit pain fourré à un fruit quelconque, dont il n’avait pas saisi le nom mais qui était vraiment délicieux et sucré à souhait, l’adolescent continua à se laisser porter sans but aucun. Il se dirigeait au gré de ses envies vers les étals qui attiraient son attention, mais sans rien acheter pour autant : même s’il en avait les moyens, Timeo n’oubliait pas que l’argent restait précieux, et que tout dépenser en babioles inutiles aurait été faire bien peu de cas de ce qu’on lui avait appris. Il se contentait donc de regarder, dévorant des yeux les objets exposés à la vue des passants.
Il n’avait guère le sens de l’orientation : en général, c’était Ostral qui se chargeait de la navigation, et dénichait pour eux les endroits intéressants. Mais le jeune homme ne s’en inquiétait pas trop : après tout, Ellweraï n’était pas si grande que ça, et se perdre signifiait, au pire, tourner en rond pendant une petite demi-heure. Ce n’était pas la mer à boire !

Flânant de stand en stand, Timeo posa soudain ses yeux sur un stand qui présentait des livres. Irrésistiblement attiré, le jeune homme s’écarta un peu de la foule pour s’en approcher. Quelques personnes étaient déjà massées devant l’étal du marchand, manipulant les recueils avec soin. A vue de nez, il s’agissait de vieux livres, traitants de sujets divers comme la cuisine, l’astronomie ou les différents pouvoirs existants. Justement, à côté de lui, une jeune fille tenait l’un des livres qu’elle tournait et retournait, l’examinant avec attention. Timeo eut le loisir de voir le titre et le nom de l’auteur avant qu’elle ne le retourne à nouveau dans sa main, et il hésita quelques secondes. Il avait un peu peur de se mêler de ce qui ne le regardait pas, et de déranger la jeune fille en pleine réflexion, mais au final, il finit par se tourner vers elle avant de dire à mi-voix :

Vous savez, vous ne devriez pas acheter celui-là.

Il jeta un bref coup d’œil vers le marchand, occupé à faire l’article d’un livre à un autre client, avant de reprendre la parole.

Il traite le sujet seulement dans les grandes lignes, et ne permet pas vraiment de prendre en compte de tous ses aspects. Si vous voulez un bon livre, qui mêle théorie et pratique de la magie, vous devriez opter pour celui qu’a écrit son fils. Il est beaucoup plus renseigné, et un peu plus explicite. Ce bouquin a l’air petit, mais le langage est tellement obscur qu’on a l’impression de ne jamais en parvenir au bout !

Expliqua Timeo. S’il connaissait le sujet, c’est parce qu’il avait eu accès, dans la propriété de ses parents, à la bibliothèque plutôt fournie du domaine. Et comme Ostral faisait de son mieux pour l’éviter, il en avait lu quelques-uns. De toute façon, le jeune homme était plutôt callé en ce qui concernait les livres : évidemment, il ne les connaissait pas tous, mais suffisamment pour se constituer une bonne petite bibliothèque personnelle. D’ailleurs, rien que pour ça, il avait hâte d’entrer dans cette école, qui contenait une liste de livres des plus fournies.
Se reprenant, il esquissa un vague sourire d’excuse avant de rajouter.

Mais euh… vous n’êtes pas obligée de ne pas l’acheter. Vous faites ce que vous voulez, je ne veux pas vous forcer la main.

C’était tout Timeo, ça ! Parler avant de réfléchir vraiment, et donner des conseils quand on ne lui avait rien demandé. Il ne faisait pas ça pour se faire bien voir aux yeux des autres, seulement par pure bonté de cœur… Même si, pour ceux qui ne le connaissaient pas, cette marque de sympathie pouvait facilement passer pour de la prétention.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elthin Man'Elr
Poignard de Glace ♠ Miaouss affamé
avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 11/07/2010

Citation : Ne crois pas me connaître simplement en me regardant dans les yeux
Maison : Kiah'l

MessageSujet: Re: Parce qu'il est bon de lire   Ven 30 Juil - 18:13

La jeune femme commença à lire la première page du livre. Souvent les Préfaces en disaient plus longs sur le livre que le dos de couverture. Et au moins le style de l'auteur était plus que perceptible...
Soudain la voix d'un jeune homme s'éleva, la faisant presque sursauter. Du coup elle fusilla du regard l'inopportun avant même de se décider à l'écouter. Puis il renchérit sur des critiques de l'ouvrage.
Pendant quelques secondes Elthin se demanda ce que lui voulait cet étranger. Elle ne lui avait en rien demandé son avis et lui aurai bien fait comprendre s'il n'avait achevé sa réplique par un "je ne veux pas vous forcer la main"
Du coup elle préféra garder le silence et continuer sa lecture... Mais elle dut se rendre rapidement à l'évidence : elle n'était plus concentrée, se demandant sans cesse ce que voulait cet inconnu, pourquoi lui avoir adressé la parole ? Puis Elthin se rappela que c'était là l'un des propres de ses pairs : chercher à nouer des contacts, même éphémères, avec d'autres personnes. Dans quel but? Pour faire quoi, surtout si cela ne menait à rien comme c'était majoritairement le cas?
Elthin était bien incapable de répondre à ces questions. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'elle trouvait ce genre de comportement... agaçant dans son inutilité et son côté éphémère.
Mais là elle devait reconnaître une chose au jeune homme aux cheveux et aux yeux bruns, c'était qu'il ne voulait pas imposer sa vision du monde. Il lui laissait la possibilité d'acheter quand même ce livre...
- Et quel est le nom de son fils?, s'enquit-elle sur un ton quelque peu cassant, presque dans le seul et unique but de montrer que ce qui avait pu être dit par l'inconnu ne l'intéressait pas. Apparemment vous semblez en savoir long sur le sujet, ajouta-t-elle, peut-être pourriez-vous me conseiller sur un auteur qui sait vraiment de quoi il parle sur le Temps?
Elle regardait l'adolescent d'un air de défi, se demandant s'il avait réellement autant de connaissance que ce qu'il voulait donner ou s'il faisait semblant. Après tout, les gens - et surtout les adolescents masculins de son âge - étaient capable de sortir bien des choses fausses dans le seul but de plaire à leur interlocuteur... Façon de faire qu'elle trouvait tout bonnement stupide.

Son regard se perdit de nouveau sur les livres de l'étalage et elle s'interrogea rapidement sur ce qu'il pouvait y avoir d'intéressant sur les Arts Divinatoires. Il y avait tellement de livres traitants du sujet et si peu étaient réellement sérieux...
- Au passage, si vous avez des références intéressantes sur les Arts Divinatoires, je suis preneuse

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timeo Di Nataleo

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 26/07/2010

Citation : La bravoure, c'est quand on est seul à savoir qu'on a peur
Maison : Elwing

MessageSujet: Re: Parce qu'il est bon de lire   Ven 30 Juil - 21:58

Sans doute qu’au premier regard de la jeune fille, Timeo aurait dû sentir qu’il devait se taire, et ne pas aller plus. Sans doute, oui. Le problème, c’est que la méthode « je te fusille du regard pour te faire taire » ne marchait pas avec lui : par pur esprit de contradiction, il continua à parler. Elthin l’ignorait, mais elle ne tarderait sans doute pas à l’apprendre : une fois le jeune homme décidé à faire quelque chose, il allait jusqu’au bout, quitte à agacer son monde. Peut-être ce côté aventurier qu’il avait plus petit : il ne renonçait pas facilement, et ce n’était pas un regard glacial qui allait lui faire peur. Il fit mine de ne pas le voir, et continua à prodiguer les conseils que personne n’attendait.
Mais si personne ne les entendait, il eut la vague impression que personne ne les écoutait, en fait. La jeune fille l’ignora purement et simplement, sans même daigner lui répondre, et se replongea dans son étude attentive du bouquin. Il en fallait plus pour décourager Timeo sur son exposé, même s’il devait avouer que c’était légèrement frustrant d’être ignoré… enfin, de faire mine d’être ignoré, puisqu’à la fin de sa tirade, la jeune fille lui demanda d’un ton pour le moins agressif quel était le nom de l’auteur. Enfin, du fils de l’auteur, qu’il venait de lui recommander.

Le jeune homme retint son sourire triomphal, et une remarque blessante du genre « tiens, vous m’écoutiez finalement ». Il savait que ce n’était pas la meilleure des choses à dire. Et puis après tout, ce ton cassant, cette mine revêche, il l’avait un peu mérité : c’est lui qui avait engagé la conversation alors que personne ne lui demandait rien, il devait maintenant assumer le fait que la demoiselle soit un tout petit peu sur les nerfs. Beau joueur, il ne soutint pas son regard plein de défi, mais prit plutôt le parti de s’excuser. Après tout, il était un peu coupable.

Bennett. Lawens Bennett, le nom de son fils. Mais puisque vous me demandez mon avis…

Commença-t-il, oubliant légèrement que sur ce coup, c’est lui qui avait plus ou moins imposé le sien

Je vous dirais de vous tourner vers Waldo. Charles I. Waldo… Un maître du genre, qui a écrit de longs ouvrages sur le Temps, que ce soit les pouvoirs liés à cet élément ou sa signification. Et je n’en sais pas long sur le sujet, je m’intéresse à ce qui me tombe sous la main, en fait. J’aime beaucoup lire, et je ne suis pas cantonné à un unique genre littéraire.

Timeo fit la grimace. Dans la liste des choses à ne pas dire pour ne pas passer pour un complet asocial, la phrase « j’aime beaucoup lire » arrivait sûrement dans les premières places. Contrairement à son frère qui savait toujours quoi dire, comment le dire et à qui, lui était beaucoup moins doué pour manier les mots. Voilà sans doute pourquoi Ostral se chargeait de la partie « hébergement » de leur petit voyage.
Enfin, de toute façon, le mal était fait. Il tourna ses yeux bruns sur le visage de la demoiselle qui lui faisait face, et se demanda si cela répondait à sa question… ou s’il en faisait un peu trop. Mais elle ne daigna pas afficher une quelconque expression qui l’aurait renseigné sur ce qu’elle pensait, et le garçon détourna ses yeux sur un sujet beaucoup plus facile à déchiffrer : le stand de livres. Ils avaient l’air ancien et intéressant de loin, mais maintenant qu’il s’était rapproché, il se rendait compte que le vendeur avait mis en avant les plus belles pièces de sa collection, les autres n’étant que pacotille et décoration. Un très léger sourire naquit sur son visage : décidément, partout dans le monde, les commerçants étaient bien les mêmes !

Un léger silence s’était installé entre les deux jeunes gens, silence que Timeo, tout à son examen des titres présentés, se garda bien de rompre. Ce fut finalement la jeune fille aux cheveux noirs qui le rompit, lui demandant s’il connaissait quelques références en matière d’Arts Divinatoires. Timeo n’aurait pu le jurer, mais elle semblait s’être légèrement radoucie… en même temps, si on y réfléchissait, ça n’avait rien d’étonnant. Si on voulait obtenir une réponse, il était assez malavisé de se montrer hostile en posant la question.
Les Arts Divinatoires. Il aurait pu lui dire qu’il n’avait pas besoin de livre, car il connaissait une personne qui possédait ce Don qui, à lui, paraissait encore plus magique que n’importe quoi. La mère d’Ostral. Et son fils, aussi, peut-être en partie. Les pouvoirs de son frère étaient étranges, et paraissaient aussi mystérieux au possesseur qu’à lui, Timeo, qui le regardait avec fascination. Oui, il aurait pu lui dire, mais ce n’était pas un sujet qu’il aborderait avec une inconnue.
Mais la jeune fille attendait une réponse, et il se faisait un devoir que de lui en apporter. Se remémorant les quelques livres qu’il avait pu voir sur le sujet, il expliqua :

Je ne peux pas vous garantir que ma bibliographie est la meilleure, c’est juste qu’elle correspond à l’idée que je me fais de la Divination. Je dirais Paël Hochet. Ces écrits datent un peu, mais les arts divinatoires ne sont pas non plus très récents. Par contre, ça m’étonnerait que ce marchand en ait un exemplaire ! Vous devriez tenter votre chance dans la bibliothèque de l’école, quand elle rouvrira d’ici quelques jours.

Est-ce que la bibliothèque de Maelthra Magthere était ouverte aux non-élèves ? Enfin, après tout, vu l’âge qu’elle devait avoir, cette fille était peut-être une future élève. Timeo n’en savait rien, et il ne jugea pas utile de demander.Après tout, si elle voulait le lui dire ou pas, c’était son problème ! Mais s’il devait prendre les paris, il aurait parié que cette fille ne venait pas du coin. Elle faisait plus étrangère que couleur locale… lui aussi, sans doute !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elthin Man'Elr
Poignard de Glace ♠ Miaouss affamé
avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 11/07/2010

Citation : Ne crois pas me connaître simplement en me regardant dans les yeux
Maison : Kiah'l

MessageSujet: Re: Parce qu'il est bon de lire   Sam 31 Juil - 11:46

Qu'est-ce qu'il était ... bavard! Était-il nécessaire d'énoncer autant de mots pour quelque chose qui n'en méritait pas... Cependant elle se rappela rapidement qu'il ne faisait que répondre à ses questions. Elle qui avait cru le coincer... hé bien non, ce garçon semblait savoir de quoi il parlait. Normal, quand on aime la lecture...
- Bibliothèque de l'école, oui...
Effectivement cet inconnu avait raison : l'école Maelthra Magthere, sa future école, était réputée pour posséder l'une des plus grande bibliothèque de tout Veldri. Du moins c'était la réputation de l'école avant que cette dernière ne fermât pour cause de problème avec un directeur...
Sans même s'en rendre compte la jeune fille soupira avant de se perdre quelques minutes dans ses pensées. Était-on assez stupide pour chercher à détruire ce qui fut le travail de tant d'années acharné? Ainsi même les choses qui paraissent immortelles ne le sont pas... et ne sont qu'éphémères, naissant, se développant, mourant au rythme des Hommes eux-mêmes... Car Elthin ne se faisait pas d'illusions, la magnifique école de dragonnier, celle qui fut pendant un temps le phare même de la civilisation, de la puissance magique de tout le continent, et dont la réputation dépassait de loin les frontières de ce continent n'était plus... Il allait falloir que les Directeurs se donnassent du mal pour la relever... Car l'opprobre fut jetée sur l'école et désormais on en attendait tant de l'actuelle directrice...

-Ce fut un tel gâchis et une telle perte de Temps, marmonna-t-elle soudain, oubliant un peu que son interlocuteur n'était pas dans ses pensées et n'avait donc puis en suivre le fil. Enfin ... je parle de l'école. Elle a connu une mauvaise période.
Elle posa enfin ses yeux noirs sur l'adolescent qui lui avait conseillé les ouvrages.
Pensez-vous qu'elle se relèvera et retrouvera sa splendeur d'antan?
Au fait...
, ajouta-t-elle subitement, merci pour vos référence. Je m'en souviendrai.
Du moins l'espérait-elle... Si ses pensées ne préféraient pas prendre un tour assez particulier et n'ayant aucun rapport avec les livres.
Puis elle détailla du regard son interlocuteur, se demandant d'où il pouvait venir. Elle se disait qu'il n'était pas de la région mais était incapable de dire d'où. De toute façon cela n'avait pas vraiment d'importance...
- Futur élève de l'école non?
Poser une question dont la réponse était évidente était un comportement qu'elle n'arrivait pas bien à comprendre, encore moins quand c'était elle qui agissait ainsi. Mais peut-être qu'elle aimait bien la voix de ce jeune homme qu'elle ne connaissait pas...
Elthn secoua la tête, désireuse de changer ses idées qui prenaient un tour assez inattendue. D'un autre côté... aimer la voix de quelqu'un ne signifiait pas forcément l'apprécier. Il y avait de nombreux chanteurs qui avaient une très belle voix... Et Elthin n'en aimait aucun.
En fait... elle n'aimait ni les chanteurs, ni les danseurs, ni aucun autre artiste qui se donnait de la sorte en spectacle, dans le seul but de tenter de se démarquer de la masse informe que composait la totalité de ses pairs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timeo Di Nataleo

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 26/07/2010

Citation : La bravoure, c'est quand on est seul à savoir qu'on a peur
Maison : Elwing

MessageSujet: Re: Parce qu'il est bon de lire   Sam 31 Juil - 20:32

Si elle croyait le coincer avec ses questions, elle devait à présent s’en mordre les doigts. Première leçon : ne jamais, jamais lancer Timeo sur un sujet qu’il maîtrisait, parce qu’il était capable de vous en faire tout un exposé. Et le mode de vie du clan incitait beaucoup à connaître et à découvrir, et, surtout, à partager. Si la jeune demoiselle croyait être tombée sur un timide, elle avait tiré le mauvais numéro : Timeo n’était peut-être pas le plus extraverti, ni le plus joyeux, mais sans nul doute, il aimait bien parler !
La jeune fille poussa un soupir et resta silencieuse, semblant plongée dans ses pensées. Comme, après une rapide analyse, Timeo conclut qu’il n’avait rien dit de mal, il ne rompit pas le silence. Et puis de toute façon, s’il avait dit quelque chose qu’il aurait mieux valu taire, elle ne lui dirait probablement pas, donc il n’avait aucun souci à se faire !

Soudain, elle prit la parole, laissant un Tim’ complètement perplexe. Hein ? De quoi parlait-elle ? Il avait certainement dû louper quelque chose, parce que là, c’est comme si elle s’adressait à lui en langage inconnu. Mais soit elle vit son air perplexe, soit elle comprit d’elle-même qu’elle n’avait pas développé le sujet dans son intégralité, car elle se reprit, expliquant mieux. L’Ecole… oui, finalement, le raisonnement se tenait.
L’école et sa déchéance : à vrai dire, Timeo n’avait guère d’explications là-dessus. Ce qu’il en savait, c’était uniquement ce qu’Ostral avait pu glaner, et les renseignements avaient clairement besoin et de vérification, et de complément ! Alors, il lui était un peu difficile de se faire une idée, surtout que la jeune fille enchaîna rapidement, le remerciant pour ses réponses de tout à l’heure.

Ah ben euh… de rien.

Répondit le jeune garçon, un peu déstabilisé. Franchement, vu comment elle avait employé un ton cassant pour poser ses questions, il n’aurait pas juré qu’elle allait le remercier quelques secondes plus tard. Il lui fallut un peu de temps pour organiser ses pensées. De quoi ils parlaient, déjà ? Ah oui, l’école, et les évènements survenus, qui avaient entrainé sa fermeture puis sa réouverture, presque 15 ans plus tard.
15 ans… une éternité pour le jeune garçon, qui avait, du coup, bien du mal à se faire une idée du scandale que cela avait déclenché à l’époque. Lui, il était tout petit, et même maintenant, il avait quelque peu du mal à évaluer un truc qui s’était passé tant de temps auparavant. Mais du coup, comment répondre à la question autrement que par un aveu quant au fait qu’il n’en avait pas la moindre idée ? Du coup, l’adolescent opta pour une phrase bateau.

La nouvelle direction va tout faire pour non ? Elle est déjà bien partie pour se relever, en tout cas, puisqu’elle va ouvrir dans moins d’une semaine.

Sentait les yeux de la jeune fille le détailler, Timeo supporta l’examen en silence. Il se doutait qu’elle était parvenue à la même conclusion que lui, à savoir qu’il n’était pas du coin. De toute façon, comme son frère, Timeo était à la fois de partout et de nulle part : la vie de nomade était ainsi faite, on était nulle part chez soi, sauf au milieu du camp. Il avait cru, pendant quelque temps, que retrouver la maison de son enfance l’aiderait à se sentir chez lui, mais il avait bien dû s’avouer que ce n’était pas le cas. Non, clairement, il n’était pas du coin… et la question de la jeune fille le laissait également entendre.
Avec une pointe d’amusement, il répondit.

Oui. Est-ce si visible que ça ? Ou est-ce seulement parce que nous sommes les plus jeunes dans le coin ?

Demanda-t-il en désignant la petite foule amassée près du stand de livres. Il avait certes croisé d’autres jeunes gens, mais visiblement, autour d’eux, les plus jeunes comptaient bien quelques dizaines d’années de plus qu’eux. En même temps, cela n’était pas très difficile de comprendre la raison qui poussait des adolescents à venir des quatre coins de Veldri. Et dire que son interlocutrice s’inquiétait que l’école ne retrouve jamais sa splendeur et sa célébrité d’antan !
La jeune fille secoua la tête, sans doute en réaction à une quelconque pensée, au grand amusement de Timeo. Il la trouvait un peu étrange, n’ayant pas vraiment l’habitude de côtoyer d’autres gens, mais elle semblait s’être radoucie depuis quelques minutes. Peut-être avait-elle seulement voulu écarter un importun quelconque, avant de se rendre compte qu’il n’essayait pas seulement de faire le mariole. Oui, peut-être… quoi qu’il en soit, elle qui semblait froide au premier abord, ne l’avait pas encore jeté. C’était plutôt bon signe : lui qui était maladroit en général dans la conversation, et ne possédait clairement pas le talent de son frère capable de parler à n’importe qui, il ne se débrouillait pas trop mal. Du moins, tant qu’il connaissait sur le bout des doigts les sujets abordés. Au final, parler de livres pendant des heures, c’était sans doute dans ses cordes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elthin Man'Elr
Poignard de Glace ♠ Miaouss affamé
avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 11/07/2010

Citation : Ne crois pas me connaître simplement en me regardant dans les yeux
Maison : Kiah'l

MessageSujet: Re: Parce qu'il est bon de lire   Lun 2 Aoû - 13:00

La jeune femme esquissa un début de sourire quand son interlocuteur inattendu avait parlé de la directrice. Elle ignorait tout de celle qui avait pris la succession de sa mère et seule les rumeurs avaient pu la renseigner... Des renseignements qu'Elthin considérait comme peu fiables ; en effet durant ses semaines de voyage dans le seul but de rejoindre cette école, la jeune femme avait entendu tant de choses... et tellement se contredisaient que c'en était ridicule. Tout ce qu'elle avait d'à peu près sûr, c'était que celle qui avait pris la succession des Directeurs de jadis était la fille de celle qui avait décidé que tout lui appartenait... et de détruire ce bien puisque personne ne voulait le lui céder. Encore un comportement stupide qui n'avait d'explication que dans la folie la plus pure : à quoi servait donc de détruire un endroit que l'on convoitait?
- Bien partie pour se relever... possible.
Elle avait dit cela si bas qu'elle doutait que son interlocuteur l'eut entendue. Mais d'un autre côté... pourquoi pas. Il existait bien des gens qui avait l'ouïe très fine...
- Ce n'est pas que cela se voit. Vous avez parlé de la bibliothèque de l'école.
La jeune femme se retourna, jetant un oeil aux autres stands. Il y avait tant de choses étranges et, n'ayons pas peur des mots, franchement inutiles!.. Et les gens qui s'agglutinaient près des vendeurs hurlant et vantant les mérites d'un objet dont la seule valeur était le prix plus qu'élevé...
- Je ne vois pas vraiment ce que vous voulez dire par : les plus jeunes.
Il fallait dire aussi que la jeune femme ne prêtait guère attention aux gens qui l'entouraient ... sauf si elle constatait une "anomalie" particulière. Mais même là l'anomalie devait être suffisamment importante pour qu'elle la remarquât...
Elle retourna dans la contemplation des livres de l'étal, s'interrogeant sur la présence éventuelle de livres intéressants... Cela s'avérait rare, mais il arrivait parfois que des livres intéressants se perdissent parmi ceux de bon marché et de "qualité médiocre"... Mais très vite la jeune fille dut se rendre à l'évidence : ce marchand n'avait rien. Et où que se posa son regard il n'y avait pas le moindre autre étal de livres... Alors effectivement, elle devrait se rabattre sur la bibliothèque de l'école.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timeo Di Nataleo

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 26/07/2010

Citation : La bravoure, c'est quand on est seul à savoir qu'on a peur
Maison : Elwing

MessageSujet: Re: Parce qu'il est bon de lire   Lun 2 Aoû - 19:15

S’il existait certes des gens à l’ouïe très fine, Timeo n’en faisait sans doute pas partie. Il entendit vaguement la jeune fille murmurer quelque chose, mais puisqu’elle ne jugea pas utile de développer, c’est que cela ne devait pas lui être destiné. Il savait bien que parfois, les gens aimaient parler tout seul, souvent pour focaliser leur esprit sur une pensée bien précise. Pour ne rien oublier, pour organiser leurs pensées… On disait parfois que parler tout seul était un signe de folie, mais le jeune homme n’y croyait pas : dans ce cas-là, il connaîtrait un certain nombre de personnes dérangées mentalement !
Les deux jeunes gens parlèrent plus en détail de l’école, et Timeo devina que la jeune fille aussi allait y être élève. Il ignorait quel âge exact elle pouvait avoir, mais elle ne devait pas être plus beaucoup plus vieille que lui, d’un ou deux ans tout juste. Il venait de fêter ses dix-sept ans il y avait à peine quelque semaines, et si les rondeurs de l’enfance commençaient à bien s’effacer, le jeune garçon gardait encore quelques traits juvénile. Son interlocutrice, par contre, avec ses cheveux de jais et sa silhouette élancée, ne faisait plus vraiment gamine. Mais, élevé dans un clan de nomade ou pas, on lui avait appris à respecter certaines règles, et demander son âge à une jeune demoiselle faisait partie de ces règles non-écrites mais qu’il fallait savoir connaître, au risque de se prendre une jolie gifle !

Mais selon la jeune fille, ce n’était pas son physique qui l’avait poussé à supposer qu’il était un futur élève. D’un côté, le jeune garçon se sentit réjoui par la nouvelle : allons donc, il ne faisait pas si jeune que ça ! Quoiqu’on aurait difficilement pu le prendre pour un prof, en même temps !
Non, donc. Selon elle, c’était sa réponse, concernant la bibliothèque de l’école, qui lui avait mis la puce à l’oreille. Un peu vexé d’avoir été si facilement identifié, et qu’elle lise en lui comme dans un livre ouvert, le jeune homme répliqua :

J’aurais bien pu être… je ne sais pas moi, l’assistant d’un écrivain !

Oubliant légèrement qu’il y avait à peine quelques secondes, il avait lui aussi déduit que la jeune fille venait pour être élève sur la seule base de son physique, commettant ainsi le même pseudo-crime qu’il lui reprochait, il reprit un ton plus bas.

Mais bon, ça n’est pas le cas. Nous allons être camarades alors ?

Le jeune fille s’était retournée vers les autres gens, observant la foule avant de lui répondre qu’elle ignorait ce qu’il voulait entendre en disant qu’ils étaient les plus jeunes de la foule. Un peu surpris, et se demandant comment elle faisait pour ne pas le voir alors que pour lui, cela semblait sauter aux yeux, Timeo s’expliqua, de ce même ton patient qu’il prenait pour expliquer à Ostral que non, décidément, ce n’était pas une bonne idée de laisser un goéland dans leur chambre, même si le pauvre petit était malade / blessé / affamé, bref, toutes les excuses que son frère pouvait bien trouver.

Nous sommes les plus jeunes. J’ignore ce qu’Ellweraï possède comme richesse, mais apparemment, ce n’est pas la force de ses jeunes gens. La moyenne d’âge doit être de quoi, sur ce marché… trente ans ? Y’a bien quelques gamins, mais ils sont trop petits pour intégrer l’école. D’où ma phrase : nous sommes les plus jeunes.

Les gamins en question n’avaient guère que 5 ou 6 ans de moins que lui, en réalité, mais les adolescents se croient toujours plus grands que les enfants. C’est en général après qu’ils déchantent, lorsqu’on leur explique patiemment qu’en réalité, eux aussi n’étaient que des gosses, certes un peu plus grands, mais des enfants tout de même. Mais puisque la jeune n’allait sans doute pas lui faire cette réplique, Timeo acheva là son explication, se tenant tout de fois à disposition pour d’éventuelles questions. Il adorait ça, lui, les questions : ça lui permettait d’argumenter !

Le jeune homme suivit le regard de son interlocutrice qui se perdait dans les livres, lisant un ou deux noms au passage, avant de réaliser une chose. Il avait singulièrement manqué de la plus élémentaire courtoisie, en ne lui révélant même pas son nom ! C’était tout à fait lui, ça : se laisser embarquer dans une conversation, et omettre de tout simplement se présenter ! En même temps, l’autre ne l’avait pas fait non plus, donc ce n’était pas seulement lui qui manquait de courtoisie.
Au sein du clan, les noms de famille n’existaient pas : on faisait partie du clan, quel besoin d’avoir, en plus, un nom de famille ? Ostral, lors de son inscription, avait choisi le nom de son clan, Timeo, celui de ses parents. Conscient que cela pouvait lui ouvrir des portes, étant donné qu’il était le fils unique d’une des plus grosses fortunes de tout le pays, il avait pourtant un peu de mal à prendre l’habitude de l’utiliser. Cela lui donner l’impression de se mettre en avant, de se vanter de quelque chose qu’il avait, au fond, jamais vraiment connu. Après tout, cet argent n’était qu’une illusion pour lui : il ne se rappelait plus guère de sa prime enfance, seuls restaient des détails, odeurs, paroles.
Parfois, utiliser ce nom de famille le faisait se sentir comme un imposteur, usurpant une identité qui n’était pas vraiment la sienne. Du coup, lorsqu’il reprit la parole, ce fut pour dire simplement.

Puisqu’on va être camarade, ça pourrait être utile de se présenter. Je m’appelle Timeo.

Voilà. Elle n’avait pas à en savoir plus, non ? Et si elle avait des questions, qu’elle les pose, il serait ravi de satisfaire sa curiosité. Mais si elle se contentait d’un prénom, ce n’était pas le jeune garçon qui allait en dire plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elthin Man'Elr
Poignard de Glace ♠ Miaouss affamé
avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 11/07/2010

Citation : Ne crois pas me connaître simplement en me regardant dans les yeux
Maison : Kiah'l

MessageSujet: Re: Parce qu'il est bon de lire   Mar 3 Aoû - 19:45

- J’aurais bien pu être… je ne sais pas moi, l’assistant d’un écrivain !
Elthin haussa un sourcil, surprise. L'assistant d'un écrivain? L'idée lui apparut... bizarre, voire même ridicule. Qu'aurait fait l'assistant d'un écrivain dans la bibliothèque d'une école? Mais finalement l'idée de ce garçon se tenait... Enfin, même si elle lui apparaissait bizarre... Mais ce devait être dû au fait qu'il n'avait en rien nié être un futur élève et que l'idée qu'un élève fût assistant d'un écrivain... C'était bizarre.
Puis son interlocuteur lui fit remarquer qu'ils allaient être camarades... Sans rire: ils fréquenteraient la même école donc oui, ils allaient forcément être camarades : en plus tout deux seraient, comme tous les autres futurs élèves, en première année. Elthin ne savait pas si elle devait mettre cette dernière remarque sur la bêtise ou un besoin irrépressible de parler, de dire des choses tombant sous le sens dans le seul et unique but de créer des pseudo liens...
Elle fit soudain la moue, se rappelant un souvenir assez désagréable qu'elle rangea très rapidement dans un coin de son esprit.
- Quelle question idiote..., marmonna-t-elle, légèrement excédée.
Cependant elle fit preuve d'une étrange patience quand il lui expliqua pourquoi il pensait qu'ils étaient les plus jeunes. Là elle était d'accord avec lui, mais il lui avait fallu pour cela regarder les personnes qui les entouraient presque une par une pour bien se rendre compte de la véracité des observations de son interlocuteur. Il y avait donc bien des gens qui passaient leur temps à cela : regarder les autres et noter les différences les ressemblances les liens qu'ils peuvent avoir entre eux...
- Puisqu’on va être camarade, ça pourrait être utile de se présenter. Je m’appelle Timeo.
La jeune femme sursauta presque tant elle s'était perdue dans ses pensées et, prise de court, elle ne put que bredouiller un vague
- Elthin Man'Elr, et de reposer son regard sur le fameux Timeo.
Il cherchait vraiment à faire connaissance ou agissait-il juste par pure... sympathie? Politesse? Comment le savoir après tout, les règles de la bienséance rendaient les gens tellement ... faux!.. Mais si ces mêmes règles pouvaient pousser les gens à se taire et à entrer le moins possible en contact avec leurs pairs cela simplifierait vraiment la vie en ce monde et bien des conflits seraient évités... non? Du moins le croyait-elle dur comme fer : après tout elle-même cultivait plutôt bien cette politique et elle n'avait pas de problèmes... les derniers qu'elle avait pu avoir remontaient à l'âge de ses douze ans. Depuis, elle avait été épargnée par tous les travers et les sarcasmes des hommes et des femmes de son entourage me l'affectaient plus en rien.
- Pourquoi faut-il que les gens aillent automatiquement vers d'autres gens juste pour raconter des choses sans valeurs?
La question avait été posée sur un ton égal, sans émotion transparaissant dans sa voix. C'était surtout une constatation à laquelle elle n'attendait pas de réponse véritable puisqu'elle avait elle-même sa propre version : les gens étaient juste... bizarres. Perdre son Temps de la sorte la dépassait et la laissait plutôt... pantoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timeo Di Nataleo

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 26/07/2010

Citation : La bravoure, c'est quand on est seul à savoir qu'on a peur
Maison : Elwing

MessageSujet: Re: Parce qu'il est bon de lire   Mer 4 Aoû - 19:43

Sa défense, sur le fait qu’après tout, il pouvait tout aussi bien ne pas être un élève et fréquenter tout de même la bibliothèque de l’école, tomba un peu à plat. Il fallait le reconnaître, il avait déjà fait des blagues plus amusantes, mais bon, puisque sa future camarade ne semblait guère réceptive, Timeo se garda bien d’insister. Il glissa rapidement sur le sujet, posant une question qui n’appelait pas vraiment de réponse franche. C’était juste… la continuité de sa phrase, disons.
Son interlocutrice marmonna quelque chose, et cette fois-çi, Timeo pût en saisir le sens. Il n’aurait sans doute pas dû, après tout : ce n’était pas franchement agréable. Se faire rabrouer parce qu’il posait des questions somme toute stupides, ce n’était pas la première fois pour le jeune garçon : on lui reprochait souvent de parler à tort et à travers, et pas souvent pour dire des choses intéressantes. Mais l’être par une fille de presque son âge… ça, il fallait avouer que c’était une première ! Enfin, en parlant de gens de son âge, Ostral ne comptait pas, non : c’était son frère, et il avait bien le droit de le charrier un peu. Mais de la part d’une quasi-inconnue de son âge, oui, c’était bien la première fois.

Un peu surpris… et plutôt vexé, Timeo fit comme s’il n’avait rien entendu. Parfois, la meilleure façon de désamorcer un conflit était de faire comme s’il n’y en avait pas. Le jeune garçon resta donc silencieux, mais n’importe qui le connaissant aurait remarqué que ses réponses étaient moins franches et moins spontanées. Car Timeo avait beau faire semblant de rien, il était très susceptible quand il s’y mettait, et se renfermait comme une huitre dans sa coquille. Lorsqu’il était comme ça, il était inutile de trop insister, il ne faisait que ce renfermer davantage.
Néanmoins, il expliqua patiemment à la jeune fille comment il en était arrivé à la conclusion selon laquelle elle et lui étaient les plus jeunes des gens alentours… quoique dans ce calcul, il n’englobait que les gens visible de là où il était, c’est-à-dire près du stand de livres. Il se doutait un peu que ce n’était pas le coin le plus couru par les plus jeunes, et même par les gens de son âge : à la boutique de confiserie, par exemple, lui et son frère n’avaient clairement pas été parmi les plus jeunes.

Elthin demeurait silencieuse tout du long, et Timeo se demanda à quoi c’était dû : bon, d’accord, il parlait largement assez pour deux, et certaines personnes n’étaient naturellement pas bavardes, mais il commençait un peu à craindre qu’elle ne se moque de lui. L’attitude de la jeune fille l’intriguait : après tout, si elle trouvait l’herbe plus verte ailleurs, il ne l’obligeait pas à rester près de lui. Et en même temps… quand il finit par se présenter, lui révélant son prénom, elle n’eut qu’une infime hésitation avant d’en faire de même. Bon, si elle voulait le fuir, elle n’avait qu’à pas répondre, non ?
C’était assez ambigu comme attitude, assez néanmoins pour que le plus jeune ne se pose des questions. Il le savait, il pouvait être soulant quand il s’y mettait. Mais en règle générale, on le lui faisait comprendre, et il s’arrêtait de lui-même, souvent en boudant, d’ailleurs, faisant la conversation par mono-syllabe jusqu’à ce que l’autre se vexe à son tour. Mais là, elle ne disait rien, et répondait même… avouez, c’était plutôt déstabilisant !

Elthin, elle s’appelait donc. Timeo avait déjà oublié son nom de famille : ce n’était pas le plus important, de toute façon. Et puis, cela ne lui disait rien… tiens d’ailleurs, ce serait marrant, de savoir si son nom, à lui, disait quelque chose aux gens. Il se promit de poser la question, un de ces jours. Ou alors, de se présenter avec son nom complet, peut-être, histoire d’éviter de faire celui qui cherchait à savoir s’il était célèbre. Oui, ce serait une bonne idée !
Et puis, la jeune fille reprit la parole, laissant Timeo plus que perplexe. Comment ça, elle se permettait de le critiquer, lui ? D’insinuer qu’il disait des choses sans valeur, qu’il était… sans valeur non plus, du coup ?
Un peu remonté, Timeo fit la grimace avant d’expliquer :

Bah, c’est sans doute ce qu’on appelle tenir une conversation. Aller vers les gens, être sympa, chercher à s’intéresser à leur vie. Ca peut-être amusant, si on prend la peine d’essayer. Mais rien ne t’y force, hein !

Commenta Timeo sur un ton qui, il s’en félicita lui-même, ne semblait pas trop mordant. Pour lui, ce n’était pas une question de bienséance, mais c’était juste… normal, voilà tout. Il s’intéressait aux gens, parce que le monde se porterait sans doute mieux si les gens savaient créer de vraies relations avec les autres, plutôt que de les ignorer, en fermant les yeux pour qu’ils disparaissent plus vite. Il se préoccupait des autres, voilà tout. Et si Elthin pensait y voir une quelconque malice de sa part, elle se plantait du tout au tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elthin Man'Elr
Poignard de Glace ♠ Miaouss affamé
avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 11/07/2010

Citation : Ne crois pas me connaître simplement en me regardant dans les yeux
Maison : Kiah'l

MessageSujet: Re: Parce qu'il est bon de lire   Ven 6 Aoû - 16:33

Son interlocuteur répondit à sa remarque sur l'inutilité des paroles. Elle l'écouta sans mot dire, se demandant s'il était vexé ou s'il tentait de se justifier ; dans tous les cas celui lui apparut être la même chose et elle réussit tant bien que mal à masquer un petit sourire qui n'avait pas vraiment sa place dans une telle conversation.
Si Timeo tentait de se montrer gentil et sympa, comme il le disait, il en était libre après tout : aucune loi n'empêchait les gens de se comporter ainsi.
Et apparemment c'était même plutôt recommandé par les autres personnes. Pourquoi? Cela était un mystère auquel Elthin n'avait jamais pu répondre. Elle ne pensait pas que les gens avait réellement besoin de la gentillesse et de la bonté des autres, ou en tout cas ce qu'elle avait pu voir l'avait confortée dans cette idée. Cela lui rappela un souvenir, quand elle travaillait encore à l'atelier de tissage.

Son patron, un homme relativement jeune pour sa fonction, avait toujours fait preuve d'autre chose que de la méfiance ou de la fascination pour la jeune femme. Oh bien sûr il n'avait pas caché ses intentions : avoir le privilège de sortir avec elle. Mais la demoiselle s'était bien gardé d'accepter... Sauf ce soir-là.
Pourquoi avait-elle accepté? Elle-même n'en savait rien : était-elle fatiguée de ses collègues de travail au point de vouloir changer de compagnie, d'en rechercher une autre? Désirait-elle tenter de connaître, ou en tout cas de découvrir ce que pouvait être la chaleur humaine? C'était dur à dire, et les quelques rares fois où elle s'était penchée sur la question elle avait abandonné, exaspérée et considérant qu'elle avait perdu son temps.
Toujours était-il qu'elle était à la taverne avec lui, ce soir-là.
Pendant un bon quart d'heure il lui avait parlé de sa vie, de ce qu'il désirait faire plus tard, de ce qu'il aimait... Il avait cependant fini par voir qu'elle ne l'écoutait absolument pas, occupée qu'elle était à observer le manège d'un chat de l'autre côté de la vitre.
Finalement elle finit par se rendre compte que son interlocuteur ne parlait plus et elle se tourna vers lui, le dévisageant de ses yeux noirs. Puis elle lui demanda pourquoi il lui avait raconté tout cela.
- Parce que je cherche à te connaître et à ce que tu me connaisse Elthin. De la sorte nous pourrions prétendre pouvoir au moins être des amis.
- Pourquoi?
L'homme soupira et dit :
- Parce que cela rend les gens heureux, de se lier avec d'autres gens.
- Je ne vois pas en quoi.
- Je constate cela. Mais laisse-moi te poser une question ...Es-tu heureuse, Elthin?

Elthin haussa les épaules. Non, décidément elle ne comprendrait jamais les gens. De toute façon elle ne ferait pas le moindre effort pour ...
- J'avoue avoir du mal à associer le concept "amusant" avec celui de "sympa".
Et encore.. .avoir du mal à comprendre était un bien faible mot : la futur élève ne les associait tout simplement pas du tout ensemble!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timeo Di Nataleo

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 26/07/2010

Citation : La bravoure, c'est quand on est seul à savoir qu'on a peur
Maison : Elwing

MessageSujet: Re: Parce qu'il est bon de lire   Ven 6 Aoû - 20:10

Décidément, cette fille semblait très étrange aux yeux du jeune garçon. Ses remarques, sa façon de s’intégrer dans la conversation, puis de laisser celle-ci retomber comme un soufflé en disant que c’était bien inutile. Enfin, l’exemple du soufflé était un peu stupide, puisque Timeo était vraiment nul en cuisine et que la seule fois qu’il avait tenté un soufflé, sur les conseils avisés de son frère, c’était mué en une franche partie de rigolade devant sa bien piteuse cuisine. Quoiqu’au final, l’exemple n’était pas si bête : Elthin était peut-être nulle en conversation. Ou en sentiments humains, en fait.
Le jeune garçon avait connu des gens brisés, malheureux et mal dans leur peau : lui-même en avait été un. Il avait appris à reconnaître ce sentiment de repli, l’idée que tout était plus simple si on ne se mêlait pas aux autres, et que les autres ne se mêlaient pas de soi. Il y avait les agressifs, les indifférents, les trop-joyeux… mais au final, tous ces gens étaient les mêmes : ils se protégeaient en ignorant les autres.
En même temps, Timeo avait été habitué tout petit à aller vers les autres. Et au camp des Sirroco, les enfants aussi avaient l’habitude d’aller vers tout un chacun, de partager et de compter les uns sur les autres. Du coup, le jeune garçon ne savait pas trop si c’était lui qui était trop expansif, ou elle qui était trop renfermée ! Quoiqu’il en soit, sa façon de le rabrouer après avoir un tant soit peu participé à la conversation n’était pas normal, et Timeo goutait peu à ce genre de petit jeu.

Elthin reprit la parole, lui affirmant qu’elle avait du mal à saisir le concept qu’il tentait de lui faire comprendre, et que pour elle, ces deux mots étaient antagonistes. Les yeux bruns du jeune garçon se posèrent sur son interlocutrice, interrogateurs. Elle le faisait exprès ou quoi ? Refrénant une envie de soupirer, Timeo répliqua :

Et moi, j’ai du mal à comprendre pourquoi on est en train d’avoir cette conversation, alors que visiblement, tu n’y trouves rien d’intéressant. Je suis sûr que tu collectionne les pots de fleurs… forcément, dans ce cas, tu dois avoir du mal avec la définition du mot amusant.
Tu sais, c’est sympa de connaître les gens, parce que tu peux confronter tes idées, apprendre des choses… pas forcément sur les gens, mais sur leurs expériences. C’est comme… lire un livre de voyage, sauf que ce livre est interactif. Même les gens les moins intéressants du monde ont de bonnes histoires à raconter, pour peu qu’on leur pose les bonnes questions.


Il la regarda d’un air sévère avant d’ajouter, ironique.

Mais bon, si on ne fait que critiquer, ce n’est pas possible, évidemment !

Oulà ! Le petit Timeo montrait les crocs !
En vérité, il n’aimait guère qu’on se moque de lui, et il avait la désagréable impression que la jeune Elthin le prenait pour un fieffé imbécile. Qu’elle pense ce qu’elle voulait de sa tirade, lui s’en fichait comme de son premier bonbon. Qu’elle le pense futile, trop gentil, trop bête ou trop intéressé, grand bien lui fasse !
Un air plein de défi dans ses prunelles brunes, signe indiscutable qu’il attendait une réponse et se tenait prêt à argumenter, Timeo n’était pourtant pas en colère. Vexé sans doute, mais pas beaucoup plus énervé que ça. Après tout, il aimait les joutes verbales, et qu’importe si certaines étaient moins amicales que d’autres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elthin Man'Elr
Poignard de Glace ♠ Miaouss affamé
avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 11/07/2010

Citation : Ne crois pas me connaître simplement en me regardant dans les yeux
Maison : Kiah'l

MessageSujet: Re: Parce qu'il est bon de lire   Mer 18 Aoû - 18:53

Le silence. Etait-ce la meilleure des positions à adopter? Elle ne le savait pas vraiment. Déjà, elle se rendit brusquement compte qu'elle ne savait même plus pourquoi elle était venue là. Peut-être qu'elle devrait repartir, non?
Sauf que la prise de parole de son interlocuteur, ce dénommé Timeo qui avait apparemment décidé de se montrer sympa avec elle, la fit réfléchir un petit moment. Collectionner les pots de fleurs? Une bien étrange idée qu'il avait eu là. Elle se voyait mal collectionner les pots de fleurs... Elle s'imagina devant un rayonnage de pots, en terre cuite, en fer, peints avec des petites fleurs blanches, roses, des pois bleus... Cette image lui sembla si incongrue qu'un mince sourire s'étira sur ses lèvres.
Mais du coup, tout à sa rêverie elle ne perçut pas les deux tiers du discours de Timeo et "atterrit" au moment où il parla des bonnes histoires à raconter. Ainsi elle fut quelque peu perdue, cherchant tout d'abord à comprendre le sens de ce qu'il lui avait dit un peu plus tôt...
Oui mais voilà : elle n'avait tout simplement pas écouté.

- Il est possible que les gens aient des choses intéressantes à raconter, répliqua-t-elle pour répondre à sa dernière phrase. Mais personnellement j'ai rencontré peu de ces gens-là.
De l'orgueil. Sûrement qu'Elthin passait pour en avoir un tas : après tout qui avait réellement le droit de considérer que les gens étaient intéressants ou pas? Personne. Même pas elle, et elle en avait quelque peu conscience. Mais c'était plus fort qu'elle : les gens étaient inintéressants, point.
Sauf qu'en ce cas, pourquoi continuait-elle de parler avec cet inconnu? Avait-elle tant de temps à perdre? Ou attendait-elle quelque chose de cette rencontre inattendue? Difficile à dire...

- Critiquer? Je ne suis pas certaine de passer mon temps à critiquer... Tu trouves cela, toi?

Pourquoi posait-elle cette question? Elle n'en savait rien. Si elle avait suivi un schéma qu'elle jugeait normal elle aurait coupé court à cette conversation et serais repartie de la même façon qu'elle était venue. Mais là... Apparemment elle avait, inconsciemment ou sciemment elle n'en savait rien, décidé de continuer à parler avec ce garçon. Peut-être parce que c'était simplement le premier adolescent de son âge avec lequel elle échangeait aussi longtemps... Les autres adolescents de son villages étaient bien souvent trop bêtes, impressionnés par cette jeune demoiselle, ou alors leur esprit pervers était tourné vers une chose qui la dégoutait au plus haut point. Ah! l'attrait de la chair était si fort chez certains êtres qu'ils en devenaient juste effroyablement bêtes.

- Mais tu as raison dans le fond. Les gens ont sûrement des choses intéressantes à dire... et je les critique sûrement plus que d'autres. Mais guère plus. Si tu les écoutes, tu verras à quel point ils passent leur temps à cela : juger et critiquer, rabaisser et j'en passe et des meilleures...
Si elle avait raison ou tord, Elthin n'en savait dans le fond pas grand-chose. Elle était juste convaincue que de nombreuses personnes agissaient ainsi et qu'ils en étaient fiers. De coup, cela lui avait donné la possibilité de renchérir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parce qu'il est bon de lire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parce qu'il est bon de lire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
» IMPÉRATIF DE LIRE ce règlement avant toute transaction
» Aimez vous lire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Veldri, la zone neutre

 ::   :: La place du marché
-
Sauter vers: