AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cérémonie de rentrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valerius Blair

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 11/07/2010

Maison : Elwing

MessageSujet: Cérémonie de rentrée   Mer 22 Sep - 5:59

Lundi 9 septembre, peu avant 20h


Maelthra Magthere, l’école des dragonniers. Si la réouverture de cette fameuse institution était une source de réjouissances pour les élèves qui venaient y étudier, il n’en allait pas de même pour le reste de Veldri. Plusieurs s’inquiétaient de voir reparaître un refuge pour les dragons, redoutant que tout ce pouvoir ne tombe entre de mauvaises mains… Et considérant l’hérédité de l’une des directrices, Quasha Sihlvaa, les soupçons se faisaient encore plus nombreux. De nombreux haut-placés, venus d’à travers le monde, avaient exigé que l’école soit supervisée par des gens plus dignes de confiance, mais cette demande avait été refusée… Ils avaient donc lancé un ultimatum : un agent de la justice de Veldri serait envoyé pour surveiller le fonctionnement de l’école, sans quoi elle serait éliminée sans plus attendre. Ainsi s’expliquait la présence de Valerius Blair, froid et austère, dans le réfectoire, chaleureux et rempli à craquer de tous les nouveaux élèves.

Le réfectoire était tout en couleurs chaudes, et la lumière ambiante avait été déloger les ombres des coins les plus reculés de la pièce, qui était pourtant d’une envergure tout à fait respectable. Là, de jeunes adultes étaient au nombre de quelques centaines, discutant joyeusement et attendant impatiemment que le repas soit servi. Sur les côtés de la salle, des buffets de crudités et viandes froides attendaient ceux dont l’appétit était trop vorace, tandis que sur les cinq longues tables s’étalaient à perte de vue des ustensiles et assiettes prêts à servir. Sur les extrémités de quatre de ces tables, on pouvait apercevoir une pancarte indiquant le nom de la maison à laquelle elle était réservée. Seulement, une bonne partie des élèves était encore debout, ce qui rendait ces pancartes quasiment inutiles… Compensant pour ce manque de visibilité, des feux follets s’agitaient au-dessus des tables, indiquant allégrement les couleurs de la maison associée : rouge pour les Kiah’l, bleu pour les Niar, blanc pour les Alystryn, et vert pour les Elwing.

Il ne restait que quelques minutes avant que n’arrive 20 heures, et que la cérémonie de rentrée ne commence véritablement. Les directeurs diraient chacun quelques paroles, puis le banquet serait servi, et la soirée se terminerait en douceur à minuit. Lorsque Valerius entra dans la salle, les élèves encore debout commençaient à se diriger vers leurs places assises en prenant leur temps. Le directeur des Elwing n’était pas habillé de façon aussi chic que la plupart des élèves. Il s’était contenté de revêtir sa grande toge blanche aux coutures noires, élégante mais très simple, par-dessus ses vêtements habituels. Pour lui, il s’agissait là de vêtements de cérémonie parfaitement acceptables, malgré leur manque de splendeur.

Alors qu’il traversait la salle d’un pas mesuré, Valerius ne put s’empêcher d’avoir un pincement au cœur. Tous ces élèves dont il croisait le regard étaient rassemblés dans cette école, pleins d’espoir quant à leur avenir… Ils ignoraient probablement tous à quel point l’école était dans un état précaire. Préserver ces rêves, cependant, n’était que secondaire, et c’était là ce qui attristait Valerius. Il était de son devoir de s’assurer que l’école reste sous contrôle, et de donner l’ordre de la détruire, si ce contrôle était perdu. S'il le fallait, les élèves seraient sacrifiés pour le bien de tous. Mais avec un peu de chance et beaucoup de bonne volonté, cette situation ne se produirait pas.

Comme toujours quand il sentait peser sur ses épaules le lourd fardeau de ses responsabilités, Valerius arborait un visage de marbre. Il se glissa doucement à sa place assignée, au centre de la table des professeurs. La directrice des Niar, Quasha Sihlvaa, était déjà présente, irradiant la nervosité partout aux alentours. Bien évidemment, le directeur fêlé des Kiah’l, ce bon à rien de Zaknafein E’sael n’était pas encore là, et arriverait probablement en retard. Évidemment, en prenant place, Valerius avait pris soin de ne pas se placer à côté de Quasha, qui semblait lui vouer une haine sans limite. Il se contenta de la saluer de la tête, avec un faible sourire, avant de se placer face aux élèves. Comme toujours, il se tenait le dos parfaitement droit, signe de son excellente condition physique. Le discours commencerait bientôt, mais il restait encore quelques instants pour que les élèves fassent connaissance. De leur côté, quelques professeurs bavardaient entre eux.

Le sort en était jeté. La réouverture de Maelthra Magthere se ferait dans quelques minutes à peine, au cours de la cérémonie de la rentrée. Qui donc pouvait prédire ce qui se passerait pas la suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maelthramagthere.forumactif.us/registre-f8/valerius-blair
Elthin Man'Elr
Poignard de Glace ♠ Miaouss affamé
avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 11/07/2010

Citation : Ne crois pas me connaître simplement en me regardant dans les yeux
Maison : Kiah'l

MessageSujet: Re: Cérémonie de rentrée   Jeu 23 Sep - 20:33

Certains avaient attendu ce jour avec impatience, murmurant des heures à l'avance avec leurs connaissances/amis comment ils allaient être habillés, avec qui ils seraient; ils avaient tenté de se représenter la fête sous toutes ses coutures, hypothésant mille et une fois sur des choses qu'on ne pouvait deviner à l'avance. Ils disaient qu'ils allaient faire sensation dans leur tenue de soirée, que tous les regards seraient posés sur eux ...
Que de paroles creuses pour celle qui marchait parmi la foule, aussi à l'aide ici qu'un chat entre quatre chiens enragés. Sauf que là, les chiens n'étaient pas vraiment enragés. Ils ne faisaient même très certainement pas attention à elle, tant ils étaient occupés à bavarder, à regarder les différents mets entreposés sur les longues table...
Son regard se porta sur les feu follets surplombant les tables. Ils étaient de couleur assez particulière, une pour chaque maison. Elthin se dit que l'idée n'était pas mauvaise. Au moins cela mettait une certaine ambiance...
La jeune femme se faufila comme un chat entre les différentes personnes, les évitant avec une adresse assez impressionnante ; la seule personne dans laquelle elle rentra fut une jeune fille de son âge à peu près qui lui lança un regard noir. Elhin en fit tout autant et ne prit pas la peine de s'excuser avant d'aller se placer près du buffet de crudités.
Son regard noir se posa alors sur les personnes présentes. Il tentait d'englober toute la salle mais vu ses proportions pharaoniques cela ne pouvait, bien évidemment, pas être possible... Du coup la jeune fille se contentait de tourner la tête, cherchant peut-être quelque chose, ou quelqu'un, du regard.
Un éclat bleu attira son attention dans la foule mais avant qu'elle n'eut tout le loisir de tourner la tête pour mieux distinguer l'origine de ce bleu criard celle-ci avait disparu.
Du bleu ... De quoi lui rappeler une personne qu'elle avait détesté dès le premier regard. Une fille comme il y en avait tant, mais encore plus "mas-tu-vu" que toutes les autres... Car non seulement elle avait ce caractère-là, mais en plus elle entretenait un style vestimentaire franchement voyant. Et puis ... Cette fille n'aimait pas les chats. Hors ils étaient la seule compagnie qu'elle avait trouvé d'intéressante en ces lieux pour l'instant...

Elthin resurgit du fond de ses pensées quelques instants plus tard. Commençant à s'ennuyer ferme elle plongea la main dans son sac de toile noir et caressa du bout des doigts l'étrange coquille glacée de son futur Dragon. Cet oeuf, Elthin l'avait choisi dès qu'elle l'avait vu, dans sa malle où se trouvaient les autres. Sa coquille noire et froide, parcourue par de très légères veines noires claires, lui avaient immédiatement inspiré un sentiment jusque là inconnu : un respect mêlé d'une sorte d'amour profond ... En tout cas, elle ne pouvait décrire ce sentiment. Mais elle était heureuse de l'éprouver.
Finalement elle enfonça la main plus profondément dans son sac et la posa sur son jeu de Tarot. Elle le tenait d'un vieil homme qui le lui avait vendu à un prix défiant toute concurrence. Elle avait craqué dessus, sur ses images de Dragons et de machines, ces êtres fascinant volant et se battant, faisant preuve d'autant de force que de sagesse; sur ces machines étranges, engrenages, rouages, flammes et métal ...
Elthin sortit ses cartes et commença à les battre. Elle n'avait pas vraiment de question précise en tête, seulement l'envie de les battre. Puis son regard se posa sur l'horloge. Bientôt 20H00, les Directeurs parleraient alors, et il faudra faire comme si tout était normal. Comme si les gens étaient tous heureux d'être ici, parmi des gens qu'ils ne connaissaient pas, allant apprendre des choses qu'ils n'aimeraient peut-être pas... Comme si les professeurs allaient supporter tout cela pendant un an complet. Comme si l'école elle-même était une école normale, et non dirigée par une femme descendante directement de celle qui fit couler l'école...
Finalement elle poussa un soupir. Elle avait choisi d'être là, autant pour en apprendre plus sur son don que pour connaître les Dragons. Mais aussi pour combler le vide qu'elle éprouvait constamment. Chasser la fadeur de sa vie, chasser son ennui et sa lassitude. Trouver son but. Si toutefois il y avait vraiment quelque chose au bout du chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cérémonie de rentrée   Sam 25 Sep - 17:21

Le moment était donc arrivé. La cérémonie de rentrée... mais était-ce vraiment utile ? Certes l'école rouvrait ces portes après avoir été fermé par une personne appartenant à la même famille que l'actuelle directrice, mais pas besoin d'en faire tout un... évènement ? Si, sans doute, cela devait être utile... Disons qu'il s'en fichait un peu de cette cérémonie de rentrée. Aël était sans nul doute vraiment heureux d'être ici, même ce trop plein de monde était barbant et bruyant... Le jeune homme allait devoir écouter un discours des plus ennuyeux. Lui, il voulait apprendre et être au calme, tranquille et non au milieu de cette masse où il ne connaissait personne. Aël ne doutait pas une seconde qu'il pourrait se faire des amis, mais le bruit et le peuple le rendait anxieux, froid et renfermé sur lui-même.

Sa décision concernant son inscription à Maelthra, l'école des dragonnier, avait été rapide et prise presque immédiatement, presque sur un coup de tête, sauf qu'il ne prenait jamais des décisions sur un véritable coup de tête, simplement parce qu'il en avait envie où... Peu importait de toute manière. Il était ici, depuis peu certes et ne connaissait personne. Et... il y avait tant de monde qu'il avait mal aux yeux de ne pas savoir où regardait. De plus, il avait été obligé de laisser Salmira dehors... Trop de monde pour faire rentre un aussi grand tigre blanc... Elle était donc dehors, à l'attendre et Aël n'aimait pas ça, il détestait être loin de lui. Heureusement qu'il avait dans son long manteau noir moitié à manche courte plutôt étrange, l'œuf qu'il avait choisi rien qu'au premier coup d'œil.

Soupirant et relevant la tête après avoir massé ces tempes à cause du mal de tête affreux qu'il avait, il se décida d'avancer dans la salle. Ces yeux d'ordinaires dorés changeaient toutes les deux secondes de couleurs, passons du vert au bleu et du bleu au violet, toutes les couleurs de l'arc en ciel y passaient...C'était ainsi lorsqu'il était dans ce genre d'endroit, ces humeurs étaient facilement changeantes et le garçon était comme malade du trop plein de peuple. Continuant d'avancer comme un zombie à travers la foule, Aël se faufilait entre les personnes, zigzaguant à droite à gauche jusqu'à arriver au milieu où il se sentit perdu... * Trouver une place assise, fermer les yeux et attendre que tout ça ce calme. Quand la directrice ou le directeur ou qui voudra, commencera à parler, le calme reviendra et je pourrais un peu me détendre...* Ses yeux parcouraient la foule, pour la première fois de sa vie, il trouva son don ennuyant, voyant tout trop bien, avec tous les détails et ceux même à l'autre bout de la salle, sa vue excellente voir plus était gênante. Son attention fut plusieurs fois attirées. Tout d'abord, il se concentra sur les professeurs, le personnel et les deux directeurs, les détaillants à tour de rôle, retenant leur visage. Concentrer ainsi, il oubliait ce qui l'entourait ainsi que son affreux mal de crane, mais la sonnerie d'alarme était enclenchée ainsi il faisait quand même attention à ce qu'il se passait autour de lui. Il remarqua alors un visage qui lui parut immédiatement effrayant, Aël se promit d'éviter au maximum cette personne au visage de marbre qui était sans doute un de ces professeurs en espérant que ce soit la botanique ou la divination, option qu'il n'avait pas choisi, même s'il n'avait pas le moins du monde une tête a exercé une de ces deux matières...
Détournant son regard, il repartit à la chasse à une place à la table des Niar, maison à laquelle il appartenait et Aël n'était pas étonné par d'appartenir à celle-ci. Levant les yeux sur l'horloge, un demi-sourire apparut, bientôt le début et la fin de ce brouhaha assourdissant et fatiguant. Une place ! Se dépêchant de s'y diriger, le jeune homme s'y laissa tomber avec un soupir. Observant alors enfin la salle, il approuva le choix des couleurs et l'ambiance qu'il y avait, surtout les feux follets qui lui firent penser un peu à ses yeux étranges qu'il possédait. Il se retourna vers les buffets et remarqua un geste de carte qui se mélangeait, une jeune femme mélangeait des cartes et avait l'air d'attendre, mais vite elle ne fut plus dans son champ de vision. Aël croisa ses bras et posa ses coudes sur la table, il n'essaierait pas de faire une quelconque connaissance aujourd'hui... Appuyant son front sur ses bras, fermant les yeux, il se concentra sur autre chose que le bruit. Comme à son habitude lorsqu'il n'allait pas spécialement bien, il partait dans ses pensées, dans un recoin de sa tête qui ressemblait au paradis créait de toute pièce par son imagination, mais qui le détendait. C'est ainsi qu'il attendit qu'une personne prenne la parole et que tout ceci se termine pour commencer sa scolarité ici... D'ailleurs, Aël était ici mais n'avait pas vraiment d'ambition ou de rêve, le simple fait d'être ici lui plaisait pour l'instant. Loin de toute cette mécanique qu'il ne supportait pas et détestait.
Revenir en haut Aller en bas
Erylis Dalther
MODO ¤ Petit Lys des Alkherïn ~ En exil
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 21/08/2010

Citation : La meilleure stratégie est d'atteindre ses objectifs sans avoir à se battre.
Maison : /

MessageSujet: Re: Cérémonie de rentrée   Dim 26 Sep - 13:00

Erylis venait de pénétrer dans le réfectoire où se déroulait la cérémonie de rentrée et fut accueillie par le brouhaha des élèves. Celui-ci emplissait la pièce aux proportions assez conséquentes. Le professeur s'avança dans la salle, slalomant entre les jeunes gens, s'imprégnant de l'atmosphère tout en observant ce qui l'entourait. La décoration était somptueuse et apportait une certaine chaleur au lieu, les buffets dressés offraient de nombreux hors-d'œuvre aux plus gourmands, les élèves profitaient des dernières minutes avant le discours pour discuter.

Pour l'occasion, Erèl s'était vêtue d'une robe bleu cobalt avec des motifs carmin sur le buste, élégante et assez simple. Cela lui rappelait l'époque des bals dans sa cité natale mais ici elle n'avait pas à étaler sa condition sociale, cela lui convenait parfaitement. Elle avait laissé ses cheveux libres, ne rassemblant que les mèches extérieures en une demi-queue nattée. Marchant d'un pas léger, la jeune femme s'approcha de la table destinée aux directeurs et professeurs. Un léger stress formait une boule au creux de son estomac. Elle allait enfin rencontrer les directeurs et les autres professeurs. Le seul avec qui elle avait discuté jusqu'à présent était Sylvån, le prof de botanique, elle en avait gardé une bonne impression. Et ses dragons également. D'ailleurs ces derniers n'avaient pas suivis leur maîtresse et devaient profiter de leur soirée pour gambader à l'extérieur. Seul Geb se tenait sur son épaule.

Parvenue à proximité de sa destination, Erylis repéra une chaise libre près d'un homme blond. Elle remarqua le visage de marbre affiché par ce dernier mais cela ne la dissuada pas de s'approcher.

- Bonsoir, la place est libre?
demanda-t-elle d'une voix calme avec un petit sourire.

Certes, elle aurait préféré se trouver moins exposée au regard et plus vers l'extérieur de la table, mais elle était arrivée tard et ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même. A moins qu'il n'y ait des places assignées, elle n'y avait pas prêté attention et une doute commençait à germer. Elle allait peut-être passée pour une idiote auprès de son interlocuteur... Mais cela ne l'inquiétait pas outre mesure, tout le monde pouvait faire des erreurs.
Qui était donc cet homme? Certainement, l'un des directeurs vu qu'il occupait l'une des quatre places centrales de la tablée. Pourquoi ce visage fermé? De sombres pensées, aucune envie de se trouver à la cérémonie... Les raisons pouvaient être multiples, mais ne concernaient pas vraiment l'exilée. Celle-ci lança un coup d'œil à la femme qui siégeait à deux places de là et présidait donc l'assemblée. Certainement mademoiselle Sihlvaa, l'actuelle directrice de l'école et de ce fait son employeur, elle semblait nerveuse mais c'était compréhensible. Vouloir rouvrir l'école alors qu'elle avait fermée à cause de son ancêtre ne devait pas être tâche facile. Il restait deux places libres pour les directeurs actuellement absents.

Revenant sur son actuel interlocuteur, Erylis l'observa discrètement en attendant sa réponse. Tenue sobre, maintien droit, il dégageait assurance et froideur et risquait de rembarrer la jeune femme à moins que cela ne soit qu'une façade. Néanmoins, cela ne la décourageait pas alors elle profita des quelques minutes avant le début de la cérémonie pour poser une dernière question.

- Vous êtes l'un des quatre directeurs n'est-ce pas?
Petite pause. Enchantée de vous rencontrer, déclara-t-elle d'une voix polie. Erylis Dalther, professeur d'astronomie, ajouta-t-elle spontanément.

Elle devra également penser à saluer les autres directeurs et professeurs dans le courant de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanina Lore
¤ Dure à digérer ...
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 26/09/2010

Citation : Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu

MessageSujet: Re: Cérémonie de rentrée   Lun 27 Sep - 22:52

    Comme quoi, les lieux n'avaient pas tant que ça changés. Depuis ma dernière visite, où je m'étais rendue directement dans le bureau de Quasha, enfin, la nouvelle, la fille, pas la mère. La mère étais très gentille pourtant, trop peut-être. Non, si l'école a fermé c'est sa faute, enfin, qui peut la blâmer de s'être faite bernée par des dragons de cette manière. Après une brève, mais très concise discussion, elle avait décidée de me prendre en tant que prof de Combat. C'était bien, comme nouvelle ! J'avais sincèrement envie de pouvoir aider ces jeunes, pas envie qu'ils ne soient tués ... Pas sans se défendre en tout les cas ! Bref, j'avais posé mon sac dans ma chambre, je n'avait pas grand chose dedans, quelques feuilles, deux-trois pommes ... Quelques vêtements aussi, et des sous ... ce que j'avais accumulé et pas dépensé en 15 ans en fait. Avec ce boulot j'avais une bonne somme d'argent, cachée quelque part dans ma chambre, à l'abri de tout soupçons.

    Apparemment, une cérémonie se tenait pour la réouverture 'officielle' de l'école. Le genre ou tout le monde est sur son 31, en train de snober les autres pour savoir qui est ce qui aura le plus d'amis. Ce genre de comportement m’exaspérait au plus haut point. Le fameux soir venu, j'avais mis une des tenues que je pensais être la plus adaptée : Un débardeur en tissu blanc, avec une veste bleutée et une longue jupe blanche qui lui arrivait jusqu'aux chevilles. Je déteste les robes, mais je ne pouvait pas me pointer dans une tenue comme je met d'habitude, sa aurait été mal vu, du cuir fait pour se battre et bien bouger. Cependant, loin de moi l'idée de mettre des talons ou autres inepties du genre comme toutes ces jeunes qui se massacrent toute une partie du dos à en porter, non, je me contenterais de vagues bottes en tissu. Cependant, je devait bien m'afficher en tant que prof, et faire une bonne impression. Attrapant le malheureux chandelier qui passait par la, je le sépara, avant de m'en faire des épées via mon très pratique pouvoir. de grandes épées en fonte, d'environ 90 centimètres chacune, que je passa en croix dans son dos. Utilisant le reste de la fonte, et aussi un peu de cire, je me fabriqua une énorme claymore, qu'elle passa dans son dos. L'avantage de sa veste bleutée c'est qu'elle avait pleins de petits fourreaux pour de plus ou moins grandes lames. Certes, ces épées n'étaient que des épées de parade, mais on ne lui causerait pas de soucis au moins.

    L'heure était venue, je passais les portes du réfectoire, non sans slalomer entre tout plein d'élèves, et bousculer au passage un grand blond à l'air inquiétant, surement l'homme dont on lui avait parlé, l'espion des gens qui voulaient couler l'école, autant dire qu'elle ne se gênerait pas de le bousculer sans le vouloir à l'avenir. Se frayant facilement à un chemin grâce à sa carrure, et surtout, les trois épées sur son dos, elle remarqua les grandes tables de chacune des maisons, et, un petit peu plus loin, celle des professeurs. Certes, les sortes de feu follet qui virevoltaient au-dessus des tables étaient bien jolis, mais sa n'avait rien de très palpitant. Des couleurs rosâtres attirèrent mon oeil, sur le côté, des buffets avec des crevettes et de la viande séchée attendaient les plus gourmands, ou les appétits de moineaux qui voulaient se satisfaire. Moi j'avais faim, très faim, et après quelques grandes enjambées, je me suis glissée entre deux élèves qui discutaient des directeurs, l'un des deux s'est fait toucher par la claymore et a sursauté, c'était comique.

    Posant mes mains sur les crevettes, je les entama, achevant soigneusement de les décortiquer, cette cérémonie m'importait peu, j'étais la parce que j'étais prof et que je voulais pas me faire remarquer en étant absente le jour de la rentrée, ou tout le monde fait la fête .. Bref, je venais de finir un plat de crevettes, sous les regards d'élèves de la maison Kiah'l, car leur table était la plus proche. Prenant un rafraîchissement, je fis quelques pas en direction de la table des profs, avant de m'arrêter quelque peu, regardant des potentielles places libre. Je reconnaissais vaguement Quasha, ainsi que certains professeurs que j'avais croisés peu avant la cérémonie, mais pour le reste, ils m'étaient tous absolument inconnus. Tout en m'abreuvant de cette substance légèrement pâteuse mais malgré tout très sucrée, je me frayais plus ou moins facilement un chemin dans la foule vers la table ou les professeurs prenaient peu à peu place. Est ce que sa valait vraiment la peine que je leur parle ? Je suis professeur pour des élèves, pas commère, ni même prête a parler a autant de gens que ça. Sa resteras professionnel, c'est mieux pour moi. Une femme étrange venait tout juste de prendre place, que je m’asseyais a une chaise d'écart d'elle, dans un coin ou on me remarquerait moins. Avant de poster mes fesses sur ce siège qui avait l'air confortable, j'ai posé la plus grande des épées sur le sol, à côté de moi, dans un grand bruit pas du tout discret. Les élèves avaient du prendre ça pour le signal de départ du discours car plus personne ne parlait et tous étaient assis. Et merde, je m'étais quand même faite remarquée ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shamee Erkhayn
MODO nananère ~ sadique & pervers
avatar

Messages : 192
Date d'inscription : 11/08/2010

Citation : «Les raisons qui font que l'on s'abstient des crimes sont plus honteuses, plus secrètes que les crimes.» Paul Valéry
Maison : Kiah'l

MessageSujet: Re: Cérémonie de rentrée   Mar 28 Sep - 21:23


Maelthra Magthere.
Lieu de mon ultime épreuve avant d’être définitivement accepté parmi les Lames Noires. J’allais aussi pouvoir venger mon père.

Enfin, le jour de la rentrée vint. Après plusieurs heures de voyage, je vis au loin, fier et majestueux, se dresser le château de ma destination ; Maelthra Magthere. Nerveux, je ne pouvais m’empêcher de ne penser qu’à ma mission, occultant ma tête d’images et de plans divers, tout aussi loufoques les uns que les autres… Non, il fallait d’abord que je m’intègre à la communauté de ces lieux.

Vers 9h, j’arrivais à l’entrée imposante du domaine. Le soleil embrasait encore l’horizon, et une brise fraiche passa dans mon cou, les grandes portes en fer finement forgé se dressant devant moi. Après quelques instants d’hésitation, je les franchissais avec conviction, traînant mes deux valises ; j’y arriverai. Quoi que cela puisse me coûter, il fallait que je réussisse. Chassant ces pensées embarrassantes, j’affichais un sourire charmeur, histoire de me rassurer un peu, et avançais jusqu’à l’entrée du château. J’eus une petite pensée pour tous les autres élèves, qui étaient venus dans un but purement personnel et « pour le plaisir », ce qui eut l’effet de me faire rire doucettement ; s’ils savaient…

J’entrais. Tout était silencieux, jusqu’à ce que j’entende quelques rires à l’étage, ou alors était-ce à côté ? C’était plus grand que là où je résidais, et les sons étant amplifiés par les hauts plafonds, il m’était impossible d’en distinguer correctement l’origine. J’observais rapidement ce grand hall, avant de voir arriver vers moi une étrange créature -il me semble que c’était une gargouille. Le plus étrange, c’est qu’elle était en pierre et se mouvait tout aussi bien que moi, mais passons. Son regard sembla me sonder, ce qui me gêna un peu et m’arracha une sueur froide ; pourvu qu’elle ne décèle pas mes intentions secrètes… Finalement, elle fixa mon visage, me souhaita la bienvenue et me dit de la suivre, ce que je fis sans rechigner. Laissant mes valises sur place, comme elle me l’avait conseillé, nous montâmes l’escalier en marbre, tandis qu’elle m’expliquait dans un brouhaha de mots dont je ne saisis même pas la moitié le fonctionnement de l’école, les différentes salles, les cours auxquels j’assisterai etc. Au bout de quelques minutes qui me semblèrent interminables, je commençais à me demander où est-ce qu’elle comptait réellement m’amener, et craignais même qu’elle ne veuille m’éliminer, ayant compris mes intentions. Mais nous arrivâmes finalement dans un grand couloir. Après un dédale de pièces, passant devant des dizaines de portes, dont j’essayais de retenir la configuration au mieux possible, elle me montra enfin une chambre spacieuse et chaleureuse, le rouge étant couleur dominante : selon ses dires, c’est là que j’allais résider pour les plusieurs mois à venir. Puis elle m’expliqua que ma maison était celle des « Kiah’l » et son fonctionnement. J’aimais bien ce mot. Satisfait, je lui souhaitais une bonne journée mais elle se contenta de sortir silencieusement, un air bougon sur la face. Tout était à présent silencieux. Je me retournais alors, et remarquais dans un coin de la pièce une grosse malle en bois. Curieux, je m’en approchais et l’ouvrais ; à l’intérieur, deux gros œufs étaient posés. Je me rappelais alors que le sujet principal de cette école était les dragons, et devinais que ce devaient être les fameuses bêtes que chaque élève possédait. N’étant pas tellement intéressé par cela, j’en prenais un au hasard. Sa coquille vert pâle était granuleuse, sa texture rappelant celle du verre ; des « fils » noirs aux reflets cuivrés nervuraient celui-ci. Finalement, je le trouvais plutôt beau, et espérais que cela donne un dragon puissant.


Le reste de la journée, je déambulais dans le château, faisant quelques connaissances, histoire de me faire aux lieux. Puis le soir vint, et je me préparais en conséquence, m’habillant avec une de mes tenues les plus élégantes ; une veste en queue de pie sur le dos et un pantalon repassé pour l’occasion, j’étais sûr de faire effet. Les fêtes et événements importants, c’était les seuls moments où j’appréciais véritablement d’avoir de l’argent et du pouvoir.

Il n’était pas encore 20h, mais je me disais que quelques minutes d’avance ne seraient pas une mauvaise chose. Avant d’entrer dans la grande salle, j’affichais un sourire faux mais donnant une impression de quiétude, chose dans laquelle je n’étais absolument pas. Fébrile, je passais la grande porte.
Un bruit assourdissant remplissait la pièce, des centaines d’élèves surexcités discutant entre eux, déjà complices. Me sentant un peu à l’écart, je me frayais un passage dans la foule jusqu’à un buffet gargantuesque. Là, je me contentais de prendre quelques morceaux de concombre salé et un verre d’eau pétillante. C’était vraiment le bordel. Ne voyant aucune tête familière et personne à aborder, je me décidais à chercher ma cible, même si son visage n’était que flou dans mes pensées ; scrutant la salle bondée du regard mais ne trouvant rien, je me décidais finalement à me déplacer. Prenant mon courage à deux mains, je me frayais, non sans difficultés, un passage. Alors que j’atteignais une autre table couverte de nourriture, je percutais subitement quelqu’un. Renversant mon verre au passage, je m'apprêtais à m'excuser vaguement quand je vis le visage de la personne que j’avais bousculée ; j’étais intimement persuadé de la connaître. Devant moi se tenait un adolescent qui devait avoir mon âge, le visage fermé et les joues légèrement rouges, des cheveux noirs comme l’ébène encadrant son faciès à la peau claire, de fins yeux rouges finalisant le tout. Non, j’étais sûr de l’avoir déjà vu, au moins une fois. Revenant rapidement à la situation actuelle, je m’excusais, perplexe. Mais c’est quand il bougonna un vague « Désolé, c’est de ma faute… » que je compris.
C’était lui, celui que je cherchais.


____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anarchy-fantasy.forumactif.com/
Seekhyl Azeroth

avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 10/07/2010

Maison : Niar

MessageSujet: Re: Cérémonie de rentrée   Jeu 30 Sep - 1:31

Après tant d'attente, le moment était enfin arrivé. Cette semaine à l'auberge n'avait pas été désagréable pour Seekhyl, car cela avait fait longtemps qu'il n'avait pas pu flâner dans les ruelles d'une ville inconnue, et surtout, si loin de chez lui. Les jours s'étaient suivis, semblables les uns aux autres. Il avait vu à peu près tout ce qu'il y avait à voir à Ellweraï, et ce qui l'avait surpris, c'était que les rues ne s'étaient pas désemplies une seule seconde. Le jeune homme n'avait pas ré-aperçu Ostral depuis leur dernière rencontre, mais de toute façon, ils auraient cours ensemble tous les jours pendant l'année.

Lorsque Seekhyl franchit la grande porte d'entrée du château, il eut une sensation étrange, s'arrêta sur le seuil et contempla le hall. Désormais, c'était là son unique chez-soi. La voûte sculptée et l'architecture des lieux en général l'avaient laissé ébahi, il n'avait jamais vu une telle splendeur. Il était impossible de penser que les hommes pouvaient bâtir des choses pareilles. Légèrement étourdi et plutôt mal à l'aise en ce lieu nouveau, il s'apprêta à reprendre sa marche quand un problème se révéla : il ne savait pas où aller. Aucune indication ne lui avait été donnée sur son arrivée, mis à part une fourchette d'horaires. Derrière lui, une autre personne arriva. Étant donné sa jeunesse apparente, il devait sans doute s'agir d'un élève. Ils n'eurent pas le temps d'échanger un mot que deux gargouilles imposantes s'avancèrent vers eux, faisant sursauter les deux jeunes gens.
- Bienvenue à Maelthra Magthere, dit la première.
- Nous allons procéder à votre répartition, puis nous vous emmènerons à vos dortoirs, avec vos bagages. Vous y trouverez une boîte contenant des oeufs de dragons, et comme vous le savez sûrement déjà, vous devez en prendre un - et un seul. Tout surplus vous sera retiré, renchérit la seconde.

Seekhyl et son acolyte acquiescèrent sans bruit. L'une des créatures s'approcha de lui, tandis que la deuxième filait vers l'autre nouvel élève. Toutes deux se figèrent quelques instants, et le garçon eu un sentiment désagréable, comme s'il était épié... de l'intérieur. Au bout d'un moment, la gargouille de Seekhyl déclara.
- Bien, désormais vous appartenez à la maison des Niar. Je vais vous mener à votre dortoir.
En même temps, un peu plus loin, l'autre monstre de pierre annonça sa maison au jeune inconnu, mais Seekhyl ne l'entendit pas.
Quelques minutes plus tard, après avoir traversé le plus long couloir qu'il aie jamais connu, le jeune homme déboucha dans une salle conviviale, semblable à un petit salon. La gargouille le quitta. Il y avait là quelques élèves, plutôt silencieux pour la plupart. Enfin, il arriva jusqu'à sa chambre, qu'il partagerait avec deux autres personnes, à en croire le nombre de lits. L'un d'eux était déjà occupé : il y avait des valises dessus.

C'est alors que le regard de Seekhyl tomba sur une boîte. La boîte, celle pour laquelle il était venu, en priorité. Elle était ouverte. Comme il s'y était attendu, il n'y avait plus que deux œufs sur trois. Il se demanda un instant comment cet œuf était pour avoir été choisit en premier. Mais personnellement, il fut étrangement attiré par celui qui se trouvait sur la droite : d'un noir profond, à la surface légèrement rugueuse, émanant constamment une sorte de vapeur noirâtre. Il le trouva beau, et désolant à la fois. Comme si l'animal qui allait en éclore suppliait à celui qui posait les yeux dessus de le tirer de cette solitude éternelle. Le garçon regarda le deuxième, mais son choix fut vite fait. Il sortit l'œuf noir de sa boîte... et se demanda ce qu'il devait en faire. Jugeant plutôt mal-approprié de l'emmener avec lui au banquet, il vida l'une de ses valises, enveloppa soigneusement le futur dragon dans un vêtement et le posa dedans. Il glissa ensuite la malle à côté de son lit. Là, il ne risquerait rien, enfin, peut-être que la coquille n'était pas aussi fragile qu'elle le semblait...

Quelques instants plus tard, le troisième élève de la chambre arriva avec ses bagages et s'installa. Ils échangèrent quelques mots, et un peu avant 20h, ils descendirent au réfectoire. Il y avait une foule incroyable. Seekhyl perdit son camarade de chambre dans cette masse mouvante. Jamais le garçon n'avait vu autant de monde dans une pièce aussi grande. Et jamais il n'avait vu de pièce aussi grande. Il y avait tout de même, et heureusement, la place pour déambuler. Il en profita pour regarder les élèves un peu autour de lui : certains se connaissaient déjà et papotaient joyeusement, mais la plupart semblaient assez réservés, discutant plus ou moins timidement avec d'autres, ou silencieux, plus à l'écart, ou encore feintant le désintérêt pour les autres. Seekhyl n'avait pas particulièrement envie de faire connaissance, mais il le faudrait bien un jour. Il serait partit volontiers après le discours, mais une petite voix intérieur le retint de jouer les rabat-joies dès le premier jour. Et puis, c'était si excitant, c'était un évènement inédit pour lui. Le nouvel élève lança un coup d'œil à ce qu'il jugea être la table des professeurs. Ils étaient plutôt jeunes, pour la plupart, ce qui le surprit. Seekhyl n'eut aucune impression particulière, si ce n'est que le grand blond avait l'air sévère, et que la femme avec ses deux immenses épées était assez inquiétante.

Lorsqu'il aperçu les buffets au fond de la salle, il prit brusquement conscience qu'il mourrait de faim. Il entendit vaguement quelqu'un dans la foule s'exclamer « Non, ici c'est le buffet des Elwing ! Regarde le feu follet, il est vert. » Seekhyl chercha donc le bleu des yeux, et lorsqu'il le trouva, il alla tarir cette faim monstrueuse. Encore une fois, et comme à chaque fois qu'il mangeait, la texture de la nourriture lui donna la nausée. Drôle d'ironie de se forcer à manger parce qu'on a faim...

Alors qu'il s'éloignait pour laisser un peu de place aux affamés, Seekhyl bouscula - ou fut bousculé par - quelqu'un. Immédiatement, il eut une sensation de froid au niveau de la hanche gauche. Ce quelqu'un venait de lui renverser de l'eau dessus. Exaspéré, il se retourna vivement et détailla le fauteur de trouble des yeux. C'était un élève plus grand et plus costaud que lui, avec de longs cheveux blancs, et habillé élégamment. Seekhyl, lui, n'avait pas particulièrement fait d'efforts pour sa tenue vestimentaire, et il était comme toujours vêtu de noir. Le garçon sembla décontenancé et s'excusa.
- Désolé, c'est de ma faute, lui répondit le Niar.
Quelque chose dans l'expression de l'inconnu lui donna des frissons. Mais celui-ci arbora rapidement un sourire chaleureux qui mettait en confiance.
- Il faut dire qu'il y a tellement peu de place pour passer, surtout au niveau du buffet..., continua Seekhyl.

Peut-être s'apprêtait-il à répondre quelque chose, le garçon ne le sut pas. A cet instant, un bruit se répercuta en échos dans la salle, stoppant net toutes les conversations. Comme un seul être, tout le monde se retourna vers la professeur qui était venue avec les deux épées, à l'origine de ce raffut. Pensant qu'il s'agissait d'une demande de silence, les élèves allèrent s'asseoir aux tables. Seekhyl se retrouva assis à côté du garçon qu'il avait percuté, avant que les directeurs ne commencent leur discours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serinwë Lindorel
Perpétuel Impromptu ~ insaisissable Tigrou..
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 18/07/2010

Citation : Il n'y a pas de lumière sans ombre.
Maison : Alystrin

MessageSujet: Re: Cérémonie de rentrée   Sam 2 Oct - 15:12

Je me préparais pour la cérémonie, prenant mon temps. Au cours de la journée, j'avais croisé mes camarades de chambre, Ysraëlle et Mayjan que j'avais déjà rencontré à Ellweraï, et pour l'instant je ne me faisais aucun soucis pour notre cohabitation. Je coiffai mes longs cheveux noirs et les remontai sur ma tête en un chignon que je fixai avec deux pic noirs striés de dorés, et laissai libre quelques mèches qui semblaient auréoler le tout. Puis je revêtis la robe que mes grand-parents m'avaient offert. Tout droit sortie des ateliers Drenfal, cette robe de couleur indigo mettait en valeur mes yeux améthystes, épaules nues et assez ample, elle laissait une bonne liberté de mouvements. Pour agrémenter l'ensemble j'ajoutai une ceinture parme. Puis je m'occupai de mon œuf que j'installai confortablement dans une couverture sur mon lit. Je préférais ne pas l'emmener avec moi pour éviter tout incident dramatique.

En fois prête, je descendis au réfectoire. Les élèves avaient investi la salle et bavardaient entre eux ou grignotaient aux différents buffets mis en place. Je m'avançai au milieu de la foule, évitant avec adresse les personnes se trouvant sur mon chemin. Je m'arrêtai quelques instants pour observer la salle et prendre mes repères. Des feux follets tournoyaient au-dessus des tables des maisons, affichant la couleur de la dite-maison. Au moment où j'allais repartir en direction de ma tablée, je fus bousculée par une sombre jeune femme qui ne s'excusa même pas, à qui je lançai un regard noir en réponse au sien. Observant l'inconnue, je pus constater qu'elle faisait partie des Kiah'l, ce qui ne m'étonna guère vu l'insolence apparente affichée par celle-ci. Détournant le regard, je m'avançai, pris place à la table des Alystryn et refis un tour d'horizon. Peut-être reconnaitrais-je quelqu'un?

Puis je m'intéressai aux professeurs, plusieurs étaient déjà assis ou en grande conversation avec leurs confrères. La directrice, du moins que j'identifiai comme telle, surveillait l'assemblée. Un homme blond à l'air peu aimable se tenait à quelques mètres et je me demandai s'il enseignait une matière et si oui laquelle c'était. Mais de toute manière, je l'aurais comme professeur vu que j'avais choisi toutes les options. Je détaillais tout ce petit monde calmement et assez discrètement quand un fracas assourdissant se fit entendre. Mon regard se posa sur une des enseignantes qui était venue armée à la cérémonie, je reconnus immédiatement la prof de combat rencontrée quelque heures plus tôt. Son étourderie fit d'elle le centre d'attention de toutes les personnes présentes et je ne pus m'empêcher de sourire.

Cette interruption inopinée fut considérée comme le signal d'ouverture. Les élèves rejoignirent leurs places et attendaient les discours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quasha C. Sihlvaa
ADMIN ♣ Directrice
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 04/04/2010

Citation : ...
Maison : /

MessageSujet: Re: Cérémonie de rentrée   Sam 2 Oct - 16:33

    La jeune directrice était venue de bonne heure dans la salle de la cérémonie afin de régler les derniers petits détails de la cérémonie mais aussi pour s’assurer que tout allait bien se dérouler. Elle était inquiète, mais enthousiaste. Inquiète que la rentrée se passe mal, inquiète pour son discours, mais enthousiaste tout de même. Sa petite discussion avec Zaknafein, son soutien pour la direction, lui avait fait un bien énorme. Quasha avait prit confiance en elle car elle avait réussi à se mettre en tête que même si l’école ne marchait pas, elle aurait au moins essayée, et elle se sera donné réellement à fond pour l’élever des ténèbres. Faisant les cent pas dans l’énorme salle qui allait, elle l’espérait, contenir bientôt des centaines d’élèves pleins de joie et d’excitation, la directrice se sentait fière. Elle pouvait d’ores et déjà entendre leurs discussions et leurs exclamations bourdonner à ses oreilles.
    Une fois qu’elle eu fait le vide dans sa tête après une bonne demi heure à parcourir de long en large la grande salle, Quasha alla finalement s’installer à la table des professeurs. Une chaise lui était réservée au milieu de la table, ainsi qu’à Zaknafein. On pouvait aisément les distinguer car au lieu d’avoir de belles finitions couleur or comme toutes les chaises présentes autour de la table, celles des directeurs présentaient une reliure couleur argent, et le bois semblait beaucoup plus vieux et robuste.

    Lorsque la salle commença à se remplir, Quasha devint nerveuse. Une nervosité qui la rendait étrangement calme et, comme son cher ami Valerius, lui donnait un visage de marbre. En parlant du professeur de magie noir, Quasha lui vouait une haine à son corps défendant (rappelons quand même que Quasha n’aime pas vraiment être en mauvais termes avec quelqu’un) aussi il la rendait encore plus nerveuse. Elle savait qu’il était là pour l’observer, chercher la puce qui lui permettrait de fermer l’école, et Quasha détestait se sentir oppresser comme cela.
    C’est ainsi que la directrice essaya de l’oublier, se concentrant sur les élèves pour passer le temps. C’était d’ailleurs une activité plutôt intéressante d’étudier le comportement de ces jeunes personnes. Quasha s’amusait à deviner à quelle maison ils appartenaient, et éprouvait une satisfaction assez ridicule lorsque ses suppositions étaient soudainement vérifiées lorsque l’élève qu’elle étudiait s’installait à la table de la maison à laquelle elle avait supposée qu’il appartenait.

    La table des professeurs, elle aussi, se remplissait petit à petit. A vrai dire, Quasha était plutôt contente de ne plus se retrouver tout seule avec Valerius, et devint soudain un peu plus humaine et salua chaleureusement la professeur d’astronomie avant de lancer un regard plutôt complice à la professeur de combat. Elle ne savait pas si c’était parce qu’elles avaient des souvenirs communs qu’elle réagissait comme cela, mais en tout cas, elle l’appréciait assez. Mais, pour combien de temps ?
    La maladresse de Vanina avança le cours des choses, et les quelques minutes qui s’écoulèrent pour permettre aux élèves de s’assoir à leurs tables respectives suffirent tout juste à Quasha pour remettre ses idées en place. Ce n’était pas vraiment le moment qu’elle avait choisie pour lancer son discours, mais il le fallait bien...
    Son courage ne tenait qu’à un fil, et c’est doucement qu’elle se leva de sa chaise pour prendre la parole. Prenant appuie sur la table, un élan d’énergie la traversa soudainement lorsqu’elle aperçut son âme sœur, Zaknafein, traverser la salle à la hâte. Elle n’attendit cependant pas qu’il soit assis à la table des professeurs pour commencer. Son visage était lumineux de vie, et son timbre de voix chaleureux, envoutant lorsqu’elle prit enfin la parole :
    « Je crois que la première chose que je dois vous dire, c’est de tout simplement vous souhaiter la bienvenue à tous à Maelthra Magthere ! et elle laissa une pause car, déjà, l’enthousiasme de l’assemblée se faisait entendre. Et bienvenue aussi à cette cérémonie de rentrée. Pour ceux qui ne le savent pas encore, je suis Quasha Sihlvaa, votre directrice. Comme vous le savez tous, Maelthra Magthere rouvre aujourd’hui après plus de 15 ans d’absence. Autant vous dire que cet instant est très important pour moi, et certainement pour nous tous. Cette école représente le rêve, le rêve que chacun porte en son cœur. Il peut être différent, mais il nous réunit tous aujourd’hui, ici, dans ce bâtiment qui déjà porte tant d’histoire. Je suis donc vraiment très heureuse de vous accueillir ici, dans se rêve, dans cette magie, pour une année d‘étude qui j‘espère vous réussira... Mais je sais que vos ventres crient famine, et un élève (ou qui que ce soit d’ailleurs) ne peut pas travailler correctement avec le ventre vide. D’ailleurs vous avez raison d’attendre avec impatience le repas car je peux vous l’assurer, il est juste divin ! Aussi, je vais m’arrêter ici, et vous souhaiter très chaleureusement une bonne année à Maelthra Magthere, élèves comme professeurs. »
    Et elle s’assit directement après avoir fini, une satisfaction et une réelle joie visibles sur son visage. Son discours avait été bref, et n’avait pas non plus pris la forme de ce qu’elle avait prévu, mais elle était contente. Elle n’était pas entrée dans les détails de la fermeture car elle ne voulait pas vraiment entrer dans son passé douloureux. Zaknafein l’avait rejoins, et c’était maintenant à son tour de dire quelque chose. Peut-être que lui allait parler de ce sujet épineux à la place de Quasha. Il était vraiment capable de n’importe quoi, et il fallait le dire, Quasha attendait ce moment avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysraëlle E. Tsarkoe

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 19/07/2010

Citation : Les pattes du canard sont courtes, il est vrai ; mais les allonger ne lui apporterait rien.
Maison : Alystryn

MessageSujet: Re: Cérémonie de rentrée   Dim 3 Oct - 11:10

    La grande salle décorée pour l'occasion commençait déjà à s'emplir quand Ysraëlle en passa les portes, d'un petit pas timide. Elle était vêtue d'une longue robe beige et noire, portée en bustier et accrochée dans son dos par un entrelacs de lacets en corsage, qui tombait en somptueux plis, volants et froufrous. Ses épaules étaient nues sous un châle blanc cassé, et ses pieds, chaussés de souliers à talon. Son cou, entouré par des mèches de ses cheveux roses, était mis en valeur par un petit pendentif aux reflets orangés, seul bijoux qu'elle s'était autorisée à porter ce soir.
    .
    Elle était arrivée à Ellweraï la veille seulement, où elle n'avait fait que quelques achats, sans trop visiter ni s'attarder, et elle avait aperçu déjà quelques jeunes gens qu'elle soupçonnait d'être comme elle, de futurs élèves de l'école. Dans celle ci elle était entrée ce matin, et la majesté du lieu l'avait de suite enchantée. La gargouille l'avait, comme pour tout les autres, accueillie et sondée : Elle serait une Alystryn désormais, même si elle ne voyait pas vraiment ce que cela changeait. Elle fut ensuite conduite à sa chambre, écoutant avec respect et attention les dires de son guide, qui dérivèrent néanmoins assez vite sur le temps qui faisait ou autre blabla du genre. La pièce était spacieuse, déjà occupée par deux autres personnes, avec lesquelles elle avait brièvement fait connaissance. Ensembles, elles avaient choisit leurs oeufs, et celui de la demoiselle de Nilann était un bel écrin blanc, qu'elle mit précieusement dans des couvertures, avec d'immenses précautions.
    .
    Quelques heures avaient passé, durant lesquelles elles avait préparé son installation, vidant ses valises dans son armoire dédiée, et préparant déjà ses affaires de cours. Maintenant elle était dans cette grande salle donc, intimidée comme jamais. Se retrouver au milieu des autres comme ça, sans en connaitre vraiment un seul, sans avoir un ami cher à qui parler, et si elle faisait quelque chose de travers ? Sa plus grande peur était de se ridiculiser dès aujourd'hui, et d'être seule dans son coin pour le reste de l'année. Elle se faufila entre les élèves pour rejoindre une table décorée d'argent, couleur de sa maison, où elle posa son châle sur une chaise pour se la réserver, avant de se diriger vers un buffet. Là, les quantités lui parurent astronomiques, et elle n'osa prendre que de petites choses par çi par là. Mais bientôt un grand bruit métallique se fit retentir, au signal duquel beaucoup allèrent s'assoir et la demoiselle, soucieuse de faire comme il le faut, les imita. Elle reconnut quelques élèves autour d'elle, comme ses camarades de chambre à qui elle fit un bref signe de tête. Il y eu comme un flottement avant le discours, apparemment les choses ne devaient pas ce passer ainsi, mais tan pis. Ysraëlle profita de cet instant pour détailler la table des professeurs, qu'elle n'avait qu'entraperçu jusqu'à présent. Il y avait là de bien d'étranges personnes : une dame au chapeautée, une autre avec des épées, une troisième, qu'elle reconnu comme la directrice, qui paraissait tant mal à l'aise, et deux hommes : l'un au visage de marbre, scrutant l'assemblée avec un regard qui la fit tressaillir, et l'autre, un peu loufoque avec sa crinière blanche, qui arrivait déjà en retard. Le discours la fit intérieurement sourire, et cette directrice lui fit tout de suite bonne impression. L'homme aux cheveux blancs à coté d'elle s'apprêtait à dire lui aussi quelques mots, qu'Ysa attendit en se redressant sur sa chaise. Cette année semblait tellement bien démarer. Toute cette école créait en elle une profonde admiration et une grande estime. Elle qui se demandait sans cesses si ces récents choix étaient bons, avait une impression de quiétude qu'elle n'avait pas ressentit depuis longtemps ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zaknafein E'sael
† Admin - Directeur & Psychologue Fou †
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 16/04/2010

Citation : Nous sommes tous des Malades Mentaux...
Maison : /

MessageSujet: Re: Cérémonie de rentrée   Ven 8 Oct - 15:53

(Voilà, j'espère que ça ira et désolé, j'ai pas pu m'inspirer des autres réponses, j'ai tout fait sans le net XD)

Il avança. Doucement. Sans se presser, malgré l'heure tardive.. Il était déjà en retard, à quoi bon se dépêcher, à présent ? Il ralentit même. Et bien oui, ils allaient devoir l'attendre. Ce n'était tout de même pas sa faute si Nayëe avait angoissé à l'idée de la rentrée... Quelle dragonne bizarre, tellement émotive comparée à son ami.. Elle avait sûrement peur que toutes ces personnes envahissent le château et ne les laissent pas tranquilles, ou bien simplement, que tout se passe mal... On l'entendait faire de larges cercles dans le ciel pour passer sa nervosité.. Il fallait qu'elle soit en mouvement pour ne pas se mettre à tambouriner le sol à force d'angoisser, ce qui risquerait d'effrayer tous ces gens à une vitesse fulgurante. Il repensa à sa première crise, et la vue de Nayëe, apeurée la première fois qu'elle avait vu un rassemblement de chat, qui ronronnaient tous au près d'elle, rejaillit dans sa mémoire. Zaknafein sourit, lentement, avant de rire à gorge déployée. Après ces quelques joyeuse pensée, il imaginait déjà toutes les têtes étonnées et les remarques telles « ouah ! Le directeur des Kiah'l n'est toujours pas là! » « Trop Nul ce mec! », « Franchement, si les Directeurs ne sont même pas à l'heure, ça promets! » et bien, soit. Cela ne le gênait pas plus que ça. Il avait l'habitude, et il savait très bien ce que penseraient les professeurs, les voyant, pour la plupart, lors de rendez-vous privés pour des « conversations » très.. Personnelles ? Oui, c'est cela.

Il essaya de retourner sur ses premières pensées, mais il en avait évidemment perdu le fil.. Tant pis, cela était tellement fréquent chez cet homme, qui ne cessait jamais de penser à trop de choses à la fois. Il analysait tout ce qui était autour de lui, mais aussi les moindres mouvements de chaque personne, ainsi que ce qu'elle dégageait. Alors, à quoi bon vouloir arrêter ses pensées quand on sait que ça ne sert à rien ? S'arrêter de penser, pour lui, s'était mourir. Parce que le vide n'existait pas dans sa tête. Parce que chaque seconde des dizaines d'images y apparaissaient. Il ne pouvait pas ne pas penser. C'était en lui, il devait répondre à toutes les questions qui l'envahissaient, l'abordaient, et bien fréquemment, le submergeaient. Il ferma les yeux. 1. 2. puis 3. Et les rouvrit. Il visionna pendant quelques secondes ce à quoi pensait Nayëe et se rendit compte qu'elle était tout aussi angoissée qu'auparavant. Mais non, il ne ferait pas demi-tour.. Ce ne fût pas qu'il ne voulut pas mais Quasha le tuerait s'il venait encore plus en retard... Il soupira un instant et continua sa lente et trainante marche.

Zaknafein avait réfléchit, quelque jours plutôt, à la façon dont pourrait se dérouler cette cérémonie.. Mais, il ne voyait vraiment pas ce qui pourrait arriver.. Peut-être parce que lorsqu'il arriva ici, et fit sa première année, il n'eut pas l'occasion d'assister à la cérémonie d'entrée. Il était.. bien évidemment.. Arrivé en retard. Mais, son père lui avait déjà tout raconté, dans les moindres détails. Il savait tout, connaissait les moindres recoins du château comme s'il y avait vécu, tel le fantôme d'un passé. Il avait déjà eu tant de fois cette sensation.. Celle de ne pas être lui, mais quelqu'un d'autre. Quand il voyait Quasha, il se rappelait tellement de choses, comme s'ils avaient déjà vécu tout ça ensemble. Il se sentait si proche et si distant d'elle. Elle, qui avait besoin de lui, de quelqu'un sur qui s'appuyer. Mais Zaknafein, malgré son énorme confiance en lui, ne savait pas comment être utile à sa bien aimée. Il se sentait si inutile. Égoïste, car il voyait en chacun de ses actes, quelque chose qui l'arrangeait. Calculant chacun de ses gestes, imaginant déjà les conséquences. Il voulait être là pour elle, à chaque instant de son existence, quand elle serait comblée, mais aussi quand elle n'irait pas bien. Car, il ne voulait pas la perdre. Ne pas perdre un être si cher, la seule personne qui comptait vraiment pour lui. Mais, comment savoir quand on ne dit rien ? Il pouvait bien interpréter, mais cela ne reste que des suppositions.. Il tenait cela pour vrai, mais, qu'arriverait-il si tout à coup, tout s'effondrait ? Si tout ce qu'il avait imaginé, n'était en fait rien que du vent?

Il secoua la tête, vivement, comme pour empêcher les pensées de s'accrocher à lui. Et remit son masque d'indifférence, ne laissant plus transparaître aucune émotion. Il entra dans le hall et leva les yeux au ciel, ou plutôt, au plafond, dans ce cas précis. Une gargouille le dévisageait. Il lui sourit ironiquement et elle secoua la tête, telle une mère qui comprend que son enfant ne changera jamais, et que ça ne sert plus à rien de le réprimander, puisqu'il n'en a que faire.

En entrant dans la salle, Zaknafein fut plus de bruit qu'il ne l'imaginait, mais, personne ne daignât tourner la tête, trop hypnotisés par la Directrice, la belle Quasha. Il marcha, gracieusement vers la table, et regarda à chaque instant devant lui. Il ne savait pas ce qu'était cette émotion en lui. Ce n'était en aucun cas la sienne, mais, l'on aurait dit celle de quelqu'un qui se réjouissait. Qui avait déjà vécu cette scène, et qui bouillonnait de joie de la revivre. Comme si c'était le plus beau jour de sa vie. Le jeune homme vit des têtes qui lui étaient déjà familière, mais celle qui l'intrigua le plus fût celle d'un jeune Kiah'l. On voyait facilement qu'il était de sa maison.. L'envie.. sortait, suintait par tous les pores de son corps. La fierté.. Non.. La recherche de fierté, ou celle de reconnaissance l'accompagnait. Il se surprit à sourire en y pensant, et se promis de se renseigner à propos de cet être si.. hmm.. semblable, du moins en apparence, à un être de sa connaissance. Il n'était toujours pas arrivé à la moitié de la pièce, qu'un regard glacial le transperça. Il répondit à son propriétaire par un sourire des plus ironiquement chaleureux, tel qu'eux seuls purent en remarquer la fausseté..

Ah, ce Valerius Blair. Cet étrange personnage. Si seulement il pouvait l'étudier. Le voir, quelques heures, pouvoir le regarder à sa guise. Ahh.. Ce que ce serait bien d'analyser un sujet si passionnant... Le dévisager, indifférent à chaque instant, voir jusqu'à quand il saurait tenir, lorsque Zaknafein s'approprierait ses pensées, suspectant ses envies et niant ses croyances... Le jeune homme était un peu dépité d'avoir un spécimen si spécial à disposition et de ne rien pouvoir faire avec. Décevant, non ? De savoir que l'on ne peut même pas regarder ce qui peut être l'une des choses les plus merveilleuses de sa vie. Il soupira à nouveau et se dit qu'il ne pouvait que l'observe de loin et qu'imaginer toucher à son esprit, n'était même pas imaginable. Pourtant, ce professeur semblait si délicieux à déguster... Zaknafein s'en délecterait..

Il arriva enfin à sa place, aux côtés de Quasha, et s'assit tranquillement, ne ressentant absolument aucune gêne à être en retar à une cérémonie d'une telle envergure. Quasha finit son discours, et lui sourit en s'asseyant. Il avait tout écouté, et avait entendu dans sa voix, cette hésitation à peine perceptible. Elle ne voulait pas en parler. Soit. Il le ferait.
Il se leva, calmement, et d'une voix puissante et naturelle s'exprima.
« Et Bien.. Je me dois de tous vous saluer. Je suis Zaknafein E'sael, Directeur des Kiah'l. Je suis, en plus de cela, le psychologue de l'école, ce qui implique le fait que vous pouvez venir me voir quand vous en avez envie, même si vous n'êtes pas fous, je vous rassure, puisque vous n'êtes pas tous comme moi »Il sourit doucement, et l'espoir de Quasha ainsi que sa joie, commença à l'envahir. Par contre, il ne fut guère contaminé par son angoisse.

« Trêve de plaisanterie, passons aux choses sérieuses. Tous savent que cette école vient de rouvrir, mais, peu de gens en savent les raisons. Il fût un temps, où les dragons et leurs compagnons perduraient. Mais ce temps fût révolu par Égoïsme. Oui. Tout dû s'arrêter à cause d'une seule personne. Une seule âme. Elle voulait sa part. Elle voulait que l'école lui revienne. Peut-être par la faute de ses parents, de son entourage, ou autre chose que je ne connais point, mais Philamanthe, fille de Quasha Mael'Uuthli, n'abandonna pas. Elle s'engagea même contre sa mère, pour posséder l'endroit où nous nous trouvons actuellement. L'école ferma, presque en ruines et la fille fût exilée, punie pour ses actes. Elle avait trahie, commis un acte des plus horribles/. L’envie avait pris le dessus sur son humanité. Elle n’était plus rien d’autre que Folie.. »Il laissa passer quelques secondes pendant que les gens se regardaient, ébahis et lorsqu'il commença à entendre les murmures, il les interrompit sèchement.
« Je ne permettrais à aucun de vous d'oser tenir de tels propos. Vous insinuez que notre directrice, Quasha, parce qu'elle est la fille de la personne qui a mis l'école en péril, commettra les mêmes erreurs ? Ah ? Parce que vous pensez que si vos parents ont assassinés tout un village, vous aller faire de même ? Que si votre sœur a choisis de se tuer, vous ferez aussi la même chose ? Que tout est héréditaire, génétique ? Penser cela serait de la stupidité. Alors, ne juger pas une personne que vous ne connaissez même pas. Attendez de voir tous les efforts qu'elle a fournis pour vous, parce que sans elle, rien de cela ne serait, et jamais, vous n'auriez pu vous trouvez ici, à m'écouter.
Sur ce, je laisse la parole à mes collègues, car je n'ai rien à ajouter. J'espère avoir pu vous éclairer sur la situation. Bien à vous, et que Athear guide vos pas...»

Il se rassit dans un silence presque solennel, ne sachant guère comment allait réagir les élèves, mais il ne voulait pas que l'on voit la personne qui tenait le plus à l'école d'une manière absurde et totalement injustifiée.

____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valerius Blair

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 11/07/2010

Maison : Elwing

MessageSujet: Re: Cérémonie de rentrée   Ven 15 Oct - 18:38

[Buw! Désolé du délai... Et surtout de la taille de ma réponse XD]


Si Valerius Blair était parvenu à devenir le champion de l’Ordre de la Rose, le membre le plus redouté de l’organisation la plus redoutée au monde, c’était en partie parce qu’il était capable d’obéir à la volonté des dieux sans trop se questionner. Il accomplissait son devoir non pas aveuglément, mais plutôt avec une ferveur incroyable, faisant usage de tous ses talents. Mais Valerius n’était guère qu’un homme, et il lui arrivait de douter, de craindre l’avenir… Seulement, ce genre de préoccupation ne lui durait jamais bien longtemps. Il était le poing des dieux, une arme entre Leurs mains, et il écraserait leurs ennemis. Et si les élèves de Maelthra Magthere devaient s’opposer aux dieux, alors leur destin serait scellé… Mais Valerius ne laisserait pas la situation dégénérer à ce point. Si Quasha et Zaknafein cessaient d’être de simples instructeurs et directeurs, pour plutôt en venir à manipuler les élèves dans leur propre intérêt, alors Valerius agirait. Il prendrait la direction de l’école par tous les moyens nécessaires, plutôt que de laisser les rêves des élèves être balayés. Car le saint homme comprenait bien que le principe de l’école des dragonniers était louable, mais il ne savait que trop bien combien il serait facile pour les directeurs d’utiliser l’école pour leurs propres moyens. Valerius tuerait les directeurs de ses propres mains plutôt que de les voir salir une école aux buts si nobles. Et si ces mêmes buts étaient impossibles à atteindre, si les dragons ne pouvaient travailler de concert avec les hommes, alors seulement Maelthra Magthere devrait-elle fermer ses portes.

Cette suite de pensées parvint à soulager Valerius Blair du fardeau qui pesait sur ses épaules. À présent, les ficelles étaient entre ses mains, et c’était lui qui contrôlait en majeure partie le futur de l’école, il pouvait donc se permettre de se détendre quelque peu. Mais jamais, au grand jamais il ne relâcherait sa vigilance. Les réflexions du prêtre-guerrier furent interrompues quand il remarqua qu’une femme à la chevelure striée de mèches bleues et orange s’approchait de lui. Il la reconnaissait de vue, ayant étudié les dossiers de tous les enseignants, et se souvenait qu’elle enseignait l’astronomie, mais son nom lui échappait. Elle ne faisait pas partie des professeurs qu’il avait décidé de surveiller de près, mais il ne laisserait pas passer l’occasion de lui parler. Aussi, quand elle voulut savoir si elle pouvait prendre place à côté de lui, Valerius lui répondit aussitôt par un « Je vous en prie, prenez place », avec un sourire chaleureux. Son visage de marbre avait disparu en une fraction de seconde, pour laisser place à son expression aimable habituelle. Car Valerius n’était pas un homme froid, loin de là. Il aimait la nature humaine, et était très sympathique envers ceux qu’il ne devait pas ramener à l’ordre, à un point tel qu’il était facile d’oublier qu’il était un guerrier formidable.

La professeure d’astronomie se présenta comme étant Erylis Dalther, ce que Valerius prit en note dans un recoin de son esprit, tout en jetant un regard intrigué au Sondeur sur les épaules de cette femme aux yeux étranges qui avait pris place près de lui. C’était bien la première fois qu’il en voyait un de si près. Mais alors même qu’il allait se présenter et faire une remarque à ce sujet, un fracas terrible retentit. Non loin de là, Vanina Lore, classée danger extrême dans l’esprit de Valerius, venait de laisser tomber son épée au sol. Mais quel genre de folle apportait une claymore –et deux autres épées longues– dans une cérémonie d’ouverture, où une tenue respectable était de mise? Alors que les derniers élèves couraient prendre place à leur table, le directeur des Elwing en profita pour lancer, d’une voix tout juste assez forte pour que Vanina l’entende, mais pas assez pour que les élèves entendent cette discussion :

« Mademoiselle Lore, nous sommes dans une soirée d’accueil pour les élèves, et non sur un champ de bataille. Était-ce vraiment nécessaire de vous présenter ainsi armée ? »

La salle s’étant plongée dans un quasi-silence, brisé uniquement par quelques murmures tardifs, la directrice des Niar, Quasha, en profita pour se lever. Elle semblait sur le bord de la panique, mais parvint à se contrôler suffisamment pour prononcer un discours bref, et qui semblait empli de passion. Mais était-elle honnête? Saurait-elle respecter ce but qu’elle s’était fixée? Seul le temps le dirait… Entretemps, Zaknafein E’sael, le sinistre psychologue, était venu prendre place parmi les directeurs, non sans s’être récolté un regard froid de la part de Valerius. Il riposta avec un sourire si parfaitement faux qu’il en était effrayant. Cet homme était dangereux, capable de masquer ses pensées sans le moindre effort. Son discours fut plus long que celui de Quasha, et il défendit cette dernière avec une férocité mal dissimulée, puis ce fut au tour de Valerius, qui se leva. Son visage était devenu grave, sans pour autant repasser au masque sans expression qu’il avait adopté plus tôt au cours de la soirée. De fait, en ce moment, le directeur des Elwing semblait sévère, sans pour autant être sans cœur… Un étrange équilibre, en fait.

« Comme vient de vous l’expliquer la directrice Quasha, Maelthra Magthere rouvre ses portes pour la première fois depuis quinze ans. Or, étant données les circonstances de la fermeture de l’école, et le danger associé aux dragons, cette réouverture en inquiète plusieurs. C’est pour cette raison que je suis ici. Je suis Valerius Blair, directeur des Elwing et champion de l’Ordre de la Rose. Mon devoir est de m’assurer que le projet Maelthra Magthere est réalisable, et de surveiller son déroulement. J’attends donc de vous que vous fassiez preuve de maturité et de responsabilité, afin de me démontrer que cette école a sa place dans le monde.

Au cours de votre séjour dans cette école, vous développerez vos talents magiques et martiaux, de même que vos connaissances dans de nombreux domaines. De plus, vous apprendrez à travailler de concert avec votre dragon, afin de devenir dragonniers… Vous aurez entre vos mains un pouvoir incroyable lorsque vous en ressortirez de cette école. C’est pourquoi vous devrez prouver que vous savez l’utiliser pour le bien de tous, et non seulement pour vous. »


Il y eut un moment de silence dans la salle. Les élèves se sentaient-ils écrasés par cette responsabilité? Se sentaient-ils prêts à relever un tel défi? Ou peut-être cherchaient-ils déjà à échapper à ces contraintes? Seul le temps saurait le dire.

« Vous croiserez souvent dans les couloirs une liste de règlements de l’école, que vous devrez respecter. Le couvre-feu est à 22h, ne l’oubliez pas. Si vous avez un quelconque problème, n’hésitez pas à venir au bureau de l’un des directeurs. Si cependant votre problème dépasse la juridiction de l’école, venez me voir directement. À présent, je vous souhaite à tous bonne chance, et bienvenue à Maelthra Magthere ! »

Sur ce, Valerius se rassit, ne voyant rien d’autre à ajouter. Quelques instants plus tard, de véritables montagnes de nourriture se matérialisèrent sur les tables, alors que les feux follets se mettaient à s’agiter de plus belle, illuminant le véritable festin qui s'offrait aux élèves. Les plats étaient plus alléchants les uns que les autres, invitant à la décadence les étudiants affamés.

La cérémonie d'ouverture était un succès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maelthramagthere.forumactif.us/registre-f8/valerius-blair
Erylis Dalther
MODO ¤ Petit Lys des Alkherïn ~ En exil
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 21/08/2010

Citation : La meilleure stratégie est d'atteindre ses objectifs sans avoir à se battre.
Maison : /

MessageSujet: Re: Cérémonie de rentrée   Dim 17 Oct - 23:32

Un sourire pouvait changer une vie... Il avait un grand pouvoir, porteur de message et révélateur de certaines pensées, il pouvait conduire à des moments inoubliables ou à de sombres instants. En tout cas, quand son interlocuteur l'invita à prendre place, le masque de marbre s'évanouit devant un sourire chaleureux qui relégua l'impression de froideur à l'état de simple souvenir. Cette simple marque d'amabilité fit fleurir un sourire de remerciement sur les lèvres de la jeune enseignante. Juste avant de s'installer, Erylis répondit au salut de Quasha pour un petit mouvement de tête accompagné d'un grand sourire. Une fois assise, elle reporta son attention sur le jeune directeur quand un bruit assourdissant la fit sursauter. Elle se retourna vivement et se retrouva face à une autre professeur. Coulant un regard intrigué sur les armes ornant le dos de la dame, Erylis ne put retenir un froncement de sourcils. Un professeur armé en pleine cérémonie, voilà qui n'était pas courant. Le voisin d'Erylis lui fit la remontrance tandis que les élèves allaient s'asseoir à leur table respective. Erylis se pencha légèrement vers la jeune femme.

- Professeur de combat je présume? demanda-t-elle sur un ton amusé mais nullement moqueur. J'avoue qu'il n'est pas courant de croiser des personnes armées lors de telles cérémonies mais autant rester soi-même plutôt que de vouloir paraître quelqu'un d'autre... Je m'appelle Erylis, ajouta-t-elle avec un petit sourire amical avant de se redresser.

Ses propres paroles sonnaient étrangement aux oreilles d'Erylis, elle se permettait ce genre de commentaire alors qu'elle-même avait endossé une fausse identité. Quelle ironie... Elle posa un regard nostalgique sur Geb qui en avait profité pour descendre sur ses genoux, se couchant de telle manière qu'il puisse observer son voisin, car le regard intrigué de ce dernier n'avait échappé ni à Geb ni à Erylis. Les directeurs profitèrent du silence qu'avait provoqué la maladresse de Mlle Lore pour commencer leur discours. Erylis les écouta tout en observant la salle, les élèves affichaient différentes expressions en fonction des paroles prononcées. L'arrivée tardive du second fondateur provoqua maints coups d'œil intrigués de la part des élèves, même Erylis porta une attention certaine sur l'homme à la chevelure blanche et elle ne manqua pas de remarquer l'échange peu cordial entre son voisin et le nouvel arrivant.

*Drôle de psychologue, il a plutôt l'air d'un fou...*


Erylis sourit suite au commentaire de Todd. Elle comprit pleinement la situation quand Valérius se présenta, elle se crispa légèrement quand il annonça son affiliation à l'ordre de la Rose et son titre de Champion, mais elle se détendit rapidement.

*N'aie crainte Ysa, il n'est pas ici pour nous...*

* Je sais, mais je vais devoir surveiller mes gestes et mes paroles en sa présence...*

Bien que son frère ne fit aucun commentaire, elle le sentit sourire. L'affaire Alkherïn-Delsingter ne fut pas assez importante pour susciter l'intérêt de l'ordre, heureusement, et elle ne risquait rien à part faire un faux pas. Elle caressa Geb, pensive. Une fois Valérius assis, les tables se couvrirent de mets divers et variés qui titillèrent l'appétit de la jeune femme. Geb huma les odeurs et se redressa. Sa maîtresse commença à remplir son assiette, mettant de côté de petites portions pour le Calfiedrak.

- Bon appétit, lança Erylis à ses voisins de table.

Elle gouta un morceau de pain de viande qui se révéla délicieux. Si tous les plats étaient aussi bons elle allait avoir une indigestion... Puis, elle se tourna vers Valérius.

- Je ne sais qui de monsieur E'sael ou vous avez le plus impressionné les élèves, le fou ou le justicier... chuchota-t-elle à l'attention de son voisin avant de reprendre un ton normal. Vous semblez avoir une position peu enviable monsieur Blair, votre présence ne doit pas être facilement acceptée par l'ensemble du corps enseignant.

De simples remarques énoncées sans hostilité. Erylis n'enviait guère la position du Champion mais ce dernier ferait son devoir quoiqu'en dise les tierces personnes. Surtout s'il considérait sa cause juste. Enfin c'était ainsi qu'elle voyait son travail. Mais il semblait en froid avec les fondateurs.

*Bonjour*
déclara Geb à l'attention de Valérius tout en dégustant son bout de viande.

Le petit animal fit en sorte qu'Erylis ait connaissance des paroles envoyées à son voisin. Elle lui envoya une légère tape amicale, il avait toujours cette habitude de s'immiscer dans les pensées au moment inopportun.

- Voici Geborian, présenta la jeune femme. Il n'a pas manqué de remarquer l'intérêt que vous lui portiez. Et je sais qu'il est plutôt rare de voir un Sondeur d'aussi près. Mais sa présence est quasiment vitale pour moi. Cependant je ne vous en dirai pas plus à cette table, je n'aime pas beaucoup en parler surtout dans une salle aussi remplie, dit-elle avec un sourire énigmatique avant de se pencher vers Valérius. Si vous souhaitez plus d'informations à ce sujet venez me voir dans un moment de calme, et ceci n'est pas une avance bien que vous soyez un homme charmant, conclut-elle avec un charmant sourire et une lueur espiègle dans le regard.

*Toujours aussi directe...*

Erylis ne prit même pas la peine de relever le commentaire de son jumeau. Si Valérius était intéressé par Geb, il devra attendre à moins que ces informations ne figurent dans son dossier. Peut-être que sa dernière remarque allait embarrasser le moine-guerrier, mais il n'avait pas à craindre niveau sentiments, ils venaient seulement de se rencontrer et elle n'était pas encore prête à débuter une nouvelle histoire après la perte de Fédrik. Une ombre voila son regard quand elle pensa à son ancien amour mais elle chassa rapidement ce souvenir. Déjà si Valérius devait un ami cela lui conviendrait parfaitement tant qu'il n'enquêtait pas sur elle.

*Sachez que ma présence est lié à la singularité frappant Erylis, mais je ne vous en dirai pas plus sinon elle risque de me faire passer un mauvais quart d'heure...* Geb avait choisi de donner quelques indices au justicier sans pour autant en dévoiler trop.

Revenant au moment présent, Erylis jeta un coup d'œil à sa voisine pour voir comment allait Mlle Lore qui semblait s'être remise de l'attention soudaine que lui avaient porté l'assemblée. Elle lui sourit avant de poser une nouvelle question à son voisin.

- Vous êtes le directeur des Elwing, mais enseignez-vous également une des matières du programme?


Elle se montrait curieuse envers monsieur Blair, en grande partie parce qu'elle n'avait jamais côtoyer de membre de l'Ordre de la Rose jusqu'à ce jour. Et elle aimerait voir ce qui se cache derrière leur plus éminent représentant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cérémonie de rentrée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cérémonie de rentrée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MARIAGE] Cérémonie { Tous les invités }
» Cérémonie (Remise de seigneuries/Passation de pouvoir) 1/2 - février 1458
» Cérémonie de consécration de la Chapelle
» [THEME - PV] J'ai raté mon entrée à défaut de ma rentrée !
» [MARIAGE] La cérémonie [Pv June, Aerandir, Callista]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Le domaine de Maelthra Magthere

 ::   :: Le réfectoire
-
Sauter vers: