AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est la rentrée, derniers instants de liberté [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Serinwë Lindorel
Perpétuel Impromptu ~ insaisissable Tigrou..
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 18/07/2010

Citation : Il n'y a pas de lumière sans ombre.
Maison : Alystrin

MessageSujet: C'est la rentrée, derniers instants de liberté [Libre]   Dim 5 Sep - 0:43

Lundi 9 septembre – 11h

Ce matin-là je m'étais réveillée à une heure très matinale, excitée mais aussi angoissée par la rentrée qui aurait lieu quelques heures plus tard. A sept heures, mes bagages étaient prêts et je n'attendais plus que le moment où les grilles de Maelthra Magthere s'ouvriraient. Huit heures tapante, je me retrouvais à franchir l'enceinte du château. Tout ce que je voyais laissait présager une certaine magnificence. Une fois parvenue dans l'entrée, je m'arrêtai quelques instants pour observer ce qui m'entourait ainsi que les élèves qui me rejoignaient dans le hall. Tout d'abord je fus intriguée par l'absence de personnel ou de professeurs, me demandant qui viendrait nous accueillir. Mon attente fut de courte durée quand je vis une silhouette en pierre se diriger vers moi.

- Bienvenue jeune fille, veuillez me suivre je vais vous conduire à votre chambre. Laissez vos bagages ici, ils seront apporté ultérieurement.


Surprise par la nature de la créature, je n'en exécutai pas moins les ordres, n'hésitant pas longtemps avant de laisser mes bagages seuls dans l'entrée. Ce que j'avais de plus précieux se trouvait sur moi, la montre à mon poignet, la dague et la petite trousse à ma ceinture caché sous ma chemise. Pour l'occasion, j'avais revêtu un haut de couleur vert jade sur une jupe d'un vert très foncé. La créature marchait d'un bon pas, empruntant des couloirs et des escaliers sans aucune hésitation. Pourtant, je ne m'étais pas présentée, comment pouvait-elle savoir où me conduire?... Nous sommes arrivées devant un superbe tableau représentant un dragon d'argent que la gargouille fit basculer pour dévoiler une grande pièce qui me fut présentée comme étant la salle commune de ma maison.

- Nous voici dans la maison des Alystrin qui sera la vôtre tout au long de l'année scolaire. La salle commune sert de salle de réunion, de détente pour les élèves. Les dortoirs des garçons sont interdits aux filles et vice-versa, m'expliqua l'être de pierre d'une voix caverneuse.

Sans plus attendre elle me montra les chambres et celle qui m'était attribuée avant de repartir vers l'entrée pour poursuivre sa tâche. Elle avait bien insisté sur le fait que je ne devais pas divulguer les informations concernant ma maison. Les chambres étaient spacieuses, occupées par trois lit seulement. Je fis le tour de la pièce, mes bagages avaient été montés et je les posais sur le lit qui se trouvait assez proche de la fenêtre et pas trop loin de la porte. Puis mon attention fut attirée par le coffre qui trônait dans un coin de la pièce. Intriguée, j'ouvris le couvercle pour découvrir trois œufs de dragon. Sur le coup je n'osai les toucher mais en y réfléchissant bien ils devaient être destinés aux élèves, alors j'en choisis un qui avait de suite accroché mon regard. Il faisait une bonne trentaine de centimètres et arborait une couleur bleue très sombre aux reflets opalescents. Installée sur mon lit, souriant en observant l'œuf, j'eus l'impression qu'un lien se tissait entre lui et moi. Une fois le moment d'émerveillement passé, je décidai d'explorer l'école. Sauf que je ne souhaitais pas laisser mon œuf tout seul, alors fouillant dans mes affaires je trouvai un sac en bandoulière, assez robuste et confortable pour transporter l'œuf.

Ainsi équipée, je commençai à vadrouiller dans les divers couloirs, manquant me perdre dans certains pour terminer dans le parc. Je finis par m'asseoir en tailleur, adossée à un arbre. J'avais une vue imprenable sur le lac qui miroitait sous le soleil. Le sac coincé entre mes jambes, je l'ouvris pour laisser l'œuf respirer l'air frais. L'Illuminé m'avait beaucoup parlé des dragons et de l'attention qu'il fallait porter aux œufs pour qu'ils se développent de manière correcte. J'essayerai de suivre ses indications ainsi que celles qui seront fournies par les dragonniers de l'école.

Je laissai mon esprit dériver tandis que je contemplai le parc et profitai du temps ensoleillé. Tout en restant attentive aux bruits environnants au cas où quelqu'un ou quelque chose approcherait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanina Lore
¤ Dure à digérer ...
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 26/09/2010

Citation : Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu

MessageSujet: Re: C'est la rentrée, derniers instants de liberté [Libre]   Dim 3 Oct - 0:36

Je venais d'en finir avec dame Silhvaa, sortant de son bureau, j'avais peut-être creusé des souvenirs trop profond, après tout. Remonté à la surface des choses qui sont supposées rester ancrées au fin fond des abysses. Pourquoi ai-je commis une telle ... infamie ? Frapper en plein coeur de sa personnalité chétive et enjouée était donc la seule façon de la persuader de m'engager ? Non ... Mais c'était surement la plus directe, et celle qui m'évitait d'avoir à m'étaler sur le sujet. Pressant le pas, j'allais chercher l'air frais, hors de cette enceinte, elle m’écœurait, à l'heure actuelle. j'y reviendrais dans quelques heures, pour cette idiote cérémonie, pas avant. Évitant sciemment le couloir joignant la salle de dracologie et l'infirmerie, j'ouvrit une porte, qui donnait sur un balcon, donnant lui-même sur le parc. Regardant en arrière, je repencha la tête par-dessus la rambarde, avant de passer par-dessus, cherchant avant tout à fuir cet endroit. Quelques étages plus bas, je creusait la terre sur une dizaine de centimètres en atterrissant. L'avantage d'être faite en métal était que je pouvais encaisser très aisément ce genre d'idioties, sans avoir mal le moins du monde.

Grimpant une petite pente composée essentiellement de cailloux glissant, je ne m'arrêta pas pour autant, jusqu'à arriver à son sommet. De la, je voyais un grand, grand lac scintillant. Pas asséché alors ? Je revoit encore des dragons d'eau et de glace s'y battant, versant une abondance de sang. Quel ignoble spectacle, ça m'a marqué à vie, et a jamais. Je ne sais pas comment Quasha s'y est prise pour restaurer les lieux tels qu'ils étaient, mais toutes ces conneries me rendent nostalgique ... Quelques pas plus loin, levant la tête alors qu'un nuage entravait le soleil qui avait bien du mal à s'imposer, je repensa aux autres évènements qui s'étaient produit ici. Pourquoi j'ai voulu revenir ? A croire que je sois légèrement masochiste sur les bords, moi... Ou bien très bête, pour ne pas profiter du magnifique paysage offert par cet endroit.

Continuant un petit peu, mes pas se firent plus discret, jusqu’à ne plus se faire entendre, je voulais profiter du paysage dans son ensemble, et ça incluait les petits bruits, très discret. Il n'y avait personne, de toute façon, j'avais bien le droit d'être égoïste en voulant profiter de ce silence. En tendant l'oreille, je percevais cependant que quelqu'un ou quelque chose était situé derrière l'arbre juste devant moi. Levant les yeux, je remarqua que les pommes accrochées à ce pommier étaient bien mûres, et aussi je me rendis compte d'autre chose : J'avais un petit creux. Levant le pied, je retira ma botte consciencieusement, avant de faire de même avec la deuxième, tout ça, sans le moindre bruit, bien entendu. Répandant une couche de métal sur mon talon, je pivota sur moi-même, avant de frapper, jambe tendue, le pommier. Creusant un creux à l'intérieur, les secousses ne tardèrent pas à provoquer l'effet voulu : Une avalanche de pommes. En saisissant une dans le creux de ma main, je croqua dedans, avant de faire le tour de l'arbre, vérifiant que je n'avait pas trop endommagé ce qui était la.

Malheureusement pour moi, c'était une élève, qui cachait au creux de ces bras un oeuf. Malheur ! J'avais pas pété au l'oeuf au moins ? Enfin si, peut-être ... Mais je m'en fichais totalement, à vrai dire. Un dragon sous cette forme est totalement inutile, même pas capable de se défendre... Histoire de ne pas paraître encore plus sans-coeur que ce que je veux paraître, je lança un simple :

- Tu va bien ?

Voyant son air légèrement effrayée, je laissa tomber mes bottes, avant de saisir délicatement l'oeuf. Plantant mon regard dans le sien, qui me fixait comme si elle allait me sauter à la gorge, je passa ma main libre sur l'oeuf, cherchant une quelconque fissure. Et me... zut, il y en avait une, a la base, elle ne l'avait pas vue, c'était un bon point pour moi. Prenant en bouche la pomme pour avoir l'autre main libre, je l'appuya sur cette base, cherchant les éléments qui constituaient la coquille d'un dragon. Un oeuf, quel qu'il soit, est constitué d'une forte dose de calcium, lui-même solidifié par du fer. Or le fer, c'est ma spécialité. Me concentrant dessus, les veines de ma main passèrent brièvement du bleu au gris, puis plus rien, la coquille était comme neuve, même peut-être plus polie qu'auparavant. Lui retendant l'oeuf, je repris en main la pomme, non sans avoir croqué dedans auparavant, et continua.

- Évite d'en parler hein, j'ai pas envie que mon retour a MM soit notifié d'un ' A endommagé l'oeuf d'une élève ' ... Sa ferait tâche quoi ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serinwë Lindorel
Perpétuel Impromptu ~ insaisissable Tigrou..
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 18/07/2010

Citation : Il n'y a pas de lumière sans ombre.
Maison : Alystrin

MessageSujet: Re: C'est la rentrée, derniers instants de liberté [Libre]   Dim 3 Oct - 17:35

Je me tenais adosser à l'arbre profitant de la chaleur matinale. J'en avais même profité pour fermer les yeux, mais voilà qu'un énorme coup vint s'abattre sur le pommier, me réveillant en sursaut et provoquant la chute d'une multitude de pommes sur ma tête. Je me redressai vivement, protégeant l'œuf tant bien que mal et me tournai vers la source de ce chambardement. Une femme d'âge mûr venait de faire son apparition, une pomme à la main et pieds nus et je l'accueillis d'un regard glacial. Je lui donnais facilement la trentaine.

Si j'allais bien? A part le fait d'avoir manqué me faire assommer par des pommes, mon intégrité physique n'avait pas été atteinte. Par contre, j'étais inquiète des conséquences que ce coup malencontreux aurait pu avoir pour mon œuf. Je me crispai quand elle avança sa main pour tâter la coquille et je crus que j'allai l'étrangler quand je compris qu'elle avait fissuré l'œuf. Mon regard se fit plus glacial et perçant tandis que j'affichai un calme apparent et observai ses manœuvres.

- Vous avez de la chance d'avoir pu réparer les conséquences de votre acte inconsidéré... déclarai-je d'une voix froide mais calme en récupérant mon œuf. A voir... Je ne doute pas que cela fasse mauvaise impression dans le dossier d'un personnel de l'école. Je passerai sous silence si vous présentez vos excuses.

Je soutenais le regard de l'adulte. Certes mes paroles pouvaient froissées mon interlocutrice mais je ne m'en préoccupai guère. Qu'elle soit prof ou membre du personnel ne faisait aucune différence, même si je risquai de m'aliéner cette personne. J'attendais patiemment une marque de regret de mon interlocutrice tout en l'observant plus en détail. Grande, brune et une certaine désinvolture.

- Vous êtes prof, n'est ce pas? Quelle matière enseignez-vous?


Ma voix s'était adoucie mais mon regard n'en restait pas moins glacial. Je n'étais pas à Maelthra Magthere pour faire ami-ami avec les enseignants mais pour recueillir leur savoir. Néanmoins, s'en faire des ennemis n'était pas non plus dans mes objectifs, alors je décidai d'adopter une attitude moins agressive bien que toujours sur la défensive.

- Vous dites que c'est votre retour... Je suppose que vous étiez élève avant la fermeture?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanina Lore
¤ Dure à digérer ...
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 26/09/2010

Citation : Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu

MessageSujet: Re: C'est la rentrée, derniers instants de liberté [Libre]   Mer 6 Oct - 23:15

Et pis quoi encore ? Elle essayait de passer à travers moi avec son regard ou quoi ? Ou bien elle essayait peut-être de s'éclater la rétine en l'écarquillant manuellement, quoi qu'il en soi, je lui souhaitais bonne chance, dans un cas comme dans l'autre elle n'avait aucune chance d'y arriver. Finissant ma pomme, le reste termina sa route un peu plus loin dans l'herbe. Les fourmis s'en chargeraient, ou peut-être une autre bestiole quelconque, ça m'importait peu. C'était une autre de ces premières années, qui éprouvait une fascination sans nom pour l'oeuf qu'elle venait de recevoir, quel intérêt de porter autant d’intérêt à un être aussi chétif ? Ils ne sont utile que lorsqu'ils font plusieurs fois notre taille et qu'on peut monter dessus. Posant ma main sur la branche la plus basse du pommier, j'enfonça alors lentement mes doigts a l'intérieur, jusqu'à ce que ma prise soit suffisamment stable et que je puisse m'élever dans les airs, non sans tâcher mon pantalon de tissu et mon haut en cuir qui laissait mes bras pas du tout musclés à découvert.

Mes excuses ? Pour un être produit à la chaîne, et qui peut se faire remplacer comme un pion à sa mort ? Quel idiotie !

Sur ces mots, dégoûtée de ce que je venais de penser en disant ça, je cracha sur le côté, même si ça laissa un goût amer dans ma bouche, je ne supportais pas l'idée qu'on m'ait demandée à tant de reprises si je voulais un nouveau dragon pour remplacer l'ancien. Elle remarqua ensuite que j'étais prof, sûrement car je n'avais ni oeuf dans les mains, ni une quelconque attitude timide ou bien, au contraire, trop ostentatoire.

En effet, je suis enseignante, je m'occupe de la branche du Combat, même si je suis aussi responsable des cours de sport, enfin, si on appelle ça des cours ..

Ce cher Blair me vint cette fois à l'esprit. Ce type allait sans doute me pourrir la vie, tout comme je lui pourrirais la sienne, oh oui, je ne m'en priverais sûrement pas ! Môssieur prône la justice et l'ordre, pourtant il n'hésiterait même pas à tous nous faire descendre pour satisfaire son besoin de 'justice'. Je hais ce genre de personne, car c'est leur faute si il est mort. De plus, cette petite peste s'en alla remuer ma mémoire avec sa dernière question, mais si je ne lui répondais pas elle risquerait fort de se vexer et sa irait trop loin ..

En effet, j'en étais à ma 3ème année, jusqu’à ce que ... Sa soit la guerre et qu'il ferment ...

Faut que je me retienne faut que je me retienne faut que je me retienne ... Pas pleurer ! Non ! Surtout pas ! Je ne peut pas me le permettre, pas pour une connerie pareille ! Changer de sujet, vite ! Je fixe le lac au loin, les quelques reflets à sa surface, et, sans détourner mon regard, la questionne à mon tour.

Et toi, petite curieuse, tu débarque d'où ? Et puis, ma matière t'inspire ? Je crains que, même les dispensée ne doivent y participer, enfin ... craint ... Sa m'arrange dans un sens, moins de paperasse emmerdante ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serinwë Lindorel
Perpétuel Impromptu ~ insaisissable Tigrou..
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 18/07/2010

Citation : Il n'y a pas de lumière sans ombre.
Maison : Alystrin

MessageSujet: Re: C'est la rentrée, derniers instants de liberté [Libre]   Dim 10 Oct - 14:56

Et bien, elle ne manquait pas de toupet. Elle me fit bien comprendre que je pouvais toujours courir pour obtenir des excuses de sa part. Je fronçai les sourcils à ses propos, je sentais une certaine amertume dans ses paroles. Mais je ne lui en tint pas rigueur, à vrai dire je n'avais pas l'intention de faire remonter cette histoire à ses supérieurs vu qu'elle avait réparé sa bêtise. En tout cas, mes questions remuèrent de sombres souvenirs, je le remarquai à ses yeux brillants et surtout au ton sur lequel elle me répondit.

- Désolée, je ne voulais pas remuer de vieilles blessures.

Je lui adressai un sourire d'excuse. Je n'osai imaginer ce qu'elle avait dû endurer pendant cette guerre familiale qui avait eu de graves conséquences. Je retrouvai une attitude plus normale, laissant ma colère s'effacer lentement. J'observais la prof de combat tranquillement perchée sur sa branche, un léger sourire amusé étira mes lèvres quand j'essayai de l'imaginer dans une classe. Son comportement ne faisait plutôt penser à une enfant qu'à une adulte. Je suivis mon interlocutrice sur le sujet qu'elle lança bien que la période de conflit titillait ma curiosité mais je m'abstenais de poser de nouvelles questions.

- Je viens de Scathern, située à l'ouest de Veldri, je m'appelle Serinwë et vous? Quant à vos cours, je suis curieuse de voir quelles techniques vous allez nous apprendre, mon père m'en a déjà enseigné quelques unes. Et je ne serai pas dispensée, je n'ai pas l'intention de louper des cours,
ajoutai-je avec un petit rire.

Oui, je n'étais pas du genre à me défiler, enfin pas pour des cours.

- Et puis savoir se défendre est toujours utile...


Mes pensées se tournèrent vers le poignard accroché à ma ceinture sous ma chemise. Jusqu'à présent, je n'avais jamais eu à m'en servir, à part pour m'entraîner. J'espérai ne pas le sortir de si tôt.

- D'ailleurs a-t-on le droit de porter des armes dans l'école?


Ainsi je saurai si je pouvais conserver mon poignard ou non. Mais en ces lieux, nul besoin d'armes pour attaquer, nous disposions tous de pouvoirs plus ou moins offensifs et je doutai que l'existence du règlement empêche certains élèves de régler leurs comptes. J'affichai un sourire innocent et rassurant, je n'avais pas l'intention de me battre dans les couloirs, je n'aimais pas vraiment les conflits.

- Avez-vous connaissance de votre emploi du temps? Juste pour savoir quand aura lieu le premier cour de combat? Et quelle en sera la teneur?

Je doute qu'elle réponde à ma dernière question, je ne voyais pas pourquoi j'aurai le privilège de connaître ce qui nous sera réservé lors du cours initial. Mais qui ne tente rien n'a rien. Je rangeai soigneusement l'œuf dans mon sac, ramena derrière mes oreilles les mèches que faisait voler le vent et ramassa une pomme avant de reporter mon regard sur l'adulte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est la rentrée, derniers instants de liberté [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est la rentrée, derniers instants de liberté [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Derniers instants de petite fille
» Video : Les derniers maîtres de la Martinique
» Les derniers Vikings
» [THEME - PV] J'ai raté mon entrée à défaut de ma rentrée !
» Un mois de retard pour la rentrée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Le domaine de Maelthra Magthere

 ::   :: Le parc
-
Sauter vers: